Mardi 14 janvier 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Retraite
Culture
Société
Monde
Contribution
A fonds perdus
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Actualités : Candidature de Bouteflika
Le doute, malgré l’insistance de Saâdani


La prestation médiatique, dimanche, du secrétaire général du Front de libération nationale Amar Saâdani a renforcé l’interrogation plus qu’elle n’a apporté de réponse autour de la candidature ou pas de Bouteflika. Le suspense n’a pas pris fin en l’entendant claironner que le chef de l’Etat est toujours le candidat du FLN. Bien au contraire.

Sofiane Aït Iflis - Alger (Le Soir)
«Pour nous, Bouteflika est candidat à l’élection présidentielle», a répété encore dimanche Amar Saâdani, mais sans toutefois donner d’indices à même d’appuyer son assertion. Pour lui, on ne démontre pas les évidences.
Or, la candidature de Bouteflika pour un quatrième mandat est tout sauf évidente, notamment au vu de l’image dans laquelle il était apparu le 30 décembre dernier lors de la cérémonie de signature de la loi de finances 2014. Victime d’un AVC le 27 avril 2013, qui lui a valu une longue hospitalisation dans deux grands hôpitaux français, le Val-de-Grâce et les Invalides, Bouteflika observe, depuis le 16 juillet, date de son retour d’hospitalisation, une quasi-stricte convalescence. Il ne s’est rendu à son bureau à la présidence de la République qu’à deux reprises. Ailleurs, cela lui aurait valu déclaration d’empêchement pour incapacité à assumer ses charges présidentielles.
Et pour durable qu’elle est, sa convalescence devrait normalement l’inciter à prendre sa retraite politique. Mais il ne semble pas s’y résoudre. Du moins, depuis son ermitage, il ne laisse rien échapper qui trahirait sa véritable intention. Il laisse le mystère planer, assuré que, parmi ses courtisans invétérés, il s’en trouve toujours qui aura suffisamment d’endurance pour jouer continuellement la sérénade autour de sa candidature.
Et en la matière, Amar Saâdani a du métier. Il sait jouer de rythmes entraînants. Cependant, à quelques jours de la convocation du corps électoral, la galerie ne s’amuse plus. Saâdani manque de convaincre, tant, au fil du temps, il paraît lui-même peu sûr de ses prophéties. Dimanche encore, il était incapable de dire plus qu’exprimer le vœu de voir Bouteflika rempiler. «Jamais le Président n’a dit qu’il ne se représentera pas», a-t-il dit.
Il est aisé de lui rétorquer qu’il n’a pas dit aussi qu’il se représentera. La seule explication à cette formule mal assurée du secrétaire général du FLN est qu’aucune des différentes options envisagées par le système n’est définitivement tranchée.
L’attitude de Bouteflika produit de l’énergie que le clan présidentiel exploite à son profit pour équilibrer l’équation présidentielle telle qu’il l’entend, c'est-à-dire peser, à défaut de la reconduction du Président sortant, sur le choix du profil de substitution.
Ce qui ne se passe pas sans tiraillements au sommet. L’enjeu est important. Cet affrontement au sommet est trahi, au demeurant, par l’accusation de Saâdani à l’encontre des redresseurs du FLN. Selon lui, ses adversaires au sein du parti agissent pour le compte d’une force tapie dans l’ombre. «Ce sont des chargés de mission. Celui qui leur a donné mission m’entend et il sait que je parle de lui.» Qui agiterait les redresseurs du FLN ? A quelle autre fin que celle de dégommer Saâdani ? La finalité de cette agitation est de gêner Saâdani et donc de perturber la mission qui lui est dévolue.
Et quand on sait que sa mission est de plaider la reconduction de Bouteflika, on comprend de suite que les redresseurs jouent une autre carte. Laquelle ?
S. A. I.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site