Mardi 21 janvier 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Retraite
Culture
A fonds perdus
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Tayeb, le nouveau roi du Stand-up !

Par Hakim Laâlam  
Email : hlaalam@gmail.com
Quand j’entends Amar Saâdani parler, je suis pris d’une
envie soudaine et furieuse de sortir manifester en faveur
de …

…l’avortement !

«L’administration est tenue d’observer une neutralité totale et absolue durant la présidentielle.» Et dire que des gens prétendent que l’Algérie est un pays triste, devenue austère même, dénué de tout sens de l’humour artistique. Parce que là, désolé, mais Belaïz, le «ministre de l’intérieur du régime», ne fait pas juste preuve d’humour passager en disant cela, non ! C’est de l’art ! Ah ! Ben oui ! Faudrait être vachement malhonnête que de ne pas lui reconnaître cette dimension. Avec Bélaïz, on découvre que l’on peut être flic et avoir dans le même temps un sens aigu du stand-up tordant, hilarant. Forcément ! Venir déclamer cette réplique dans l’Algérie de la fraude électorale instaurée comme sport national, balancer à la volée aux oreilles d’une population blasée, de scrutin en scrutin, de voir ses voix volées et détournées, ce n’est pas une performance à la portée du premier venu. Il faut avoir de la présence sur scène. Du bagout. De l’aplomb. Voire même une certaine témérité. Mais, me direz-vous, que seraient l’art et la vie d’artiste sans toutes ces qualités, n’est-ce pas ? Sauf que je m’interroge tout de même un peu sur l’étonnante élasticité de l’emploi du temps du «ministre de leur intérieur doré». Faire comme il le fait si bien de l’humour, c’est chouette, mais en le faisant ainsi, de manière très professionnelle, certes, assidue, certes, presque acharnée, certes, ne grignote-t-il pas un p’tit chouia sur son temps de « ministre de notre intérieur à nous» ? Oh ! Je sais bien que la fonction de ministre de notre intérieur n’est pas déterminante dans son plan de carrière d’humoriste de la Cour, mais je lui rappelle à tout hasard, et sans vouloir perturber de quelque manière que ce soit, son spectacle et sa tournée que dans le sud du pays, plus précisément dans la vallée du M’zab, il y a eu mort d’hommes. D’autres sont gravement blessés. Excusez-moi de gâcher ainsi le délicieux moment de détente provoquée par l’affirmation de la neutralité de l’administration durant les présidentielles, mais entre deux rires, entre deux hoquets jouissifs, entre deux salves d’humour aussi noir et aussi cynique, peut-être pourriez-vous quitter la scène un petit instant et aller voir ce qui se passe dans le M’zab. Là-bas, ça ne rit pas. Ça ne rit plus ! Dans le meilleur des cas, lorsque ça ne meurt pas, ça fume du thé pour rester éveillé à ce cauchemar qui continue.
H. L.

Nombre de lecture : 4247

Dernier sondage 
Croyez-vous possible un retour de Belkhadem aux commandes du FLN avant les présidentielles ?
Oui : 24,08%
Non : 69,67%
Sans opinion : 6,25%

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site