Lundi 17 février 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Corruptions
Culture
Société
Monde
Kiosque arabe
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Actualités : Élection présidentielle
La République survivra-t-elle à un coup de force électoral ?


Au-delà des ahurissements qu’elles ont soulevés, les attaques frontales du secrétaire général du FLN contre le DRS ont mis à nu une logique suicidaire de Bouteflika et son clan pour la sauvegarde de leur pouvoir. Jamais l’expression «après moi, le déluge» n’a été traduite par une situation politique que celle qui prévaut chez nous à l’approche de la présidentielle.

Sofiane Aït Iflis - Alger (Le Soir)
La bravade suggérée et instrumentalisée d’Amar Saâdani ne poursuit pas que le contrebalancement des rapports de force au sommet de l’Etat. Elle traduit, malgré les termes d’un nouveau et nécessaire débat qu’elle y introduit, une dangereuse griserie du pouvoir chez un clan qui n’entend pas passer le relais dans les formes démocratiques, quand bien même la contingence politique liée à la maladie du chef de l’Etat le lui ordonne. Car, ne soyons dupes de rien, Amar Saâdani, ne pouvait avoir agi de son propre chef et pour son propre compte dans la vague qu’il a soulevée. Ce qui a conduit à cette situation porteuse de risques majeurs, c’est incontestablement la résolution entêtée du clan Bouteflika à ne pas céder le pouvoir, quitte à faire basculer le pays dans l’inconnu.
Le clan travaille, à l’évidence, à se frayer un passage en force, quoi qu’il advienne. Pour sauver son pouvoir, il semble faire le choix déraisonnable de prendre le risque de sacrifier l’Algérie. Ce que nombre d’intervenants et de commentateurs de l’actualité nationale ambiante, surchauffée par la sortie de Saâdani, ont relevé. Tous ont conclu à une atmosphère sentant le soufre. Autant d’alertes qui ont bien fini par inciter le chef de l’Etat, qui, il faut le dire, met son propre ingrédient en entretenant le suspense sur son avenir politique, sa candidature, en somme, à distiller un message à travers lequel il a calculé de tempérer les ardeurs des uns et des autres, se positionnant en arbitre dans une escalade à laquelle son clan, sinon lui-même, ne serait pas étranger. On n’en serait pas, au demeurant, à ce point d’inquiétude pour la République si Bouteflika et son clan n’avaient pas pris en otage l’élection présidentielle, compromettant, conséquemment, dangereusement l’avenir de la nation. L’image qui restitue le mieux cette réalité algérienne à la veille de l’élection présidentielle est incontestablement celle mise en lumière par Djamel Zenati dans une tribune libre dans El Watan. Plutôt deux images qu’une. Il compare, à juste titre, l’attitude du clan présidentiel à la politique de la terre brûlée à laquelle l’OAS s’est rendu dans le sillage de l’indépendance nationale. La seconde, plus vraie encore, est cette formule qui a cours dans l’immobilier et qu’on appelle le viager et qui consiste à l’acquisition d’un bien mais dont la jouissance n’intervient qu’une fois son propriétaire décédé. C’est cette transaction que le clan présidentiel tente de reproduire au plan politique ; faire une OPA sur le pouvoir en reconduisant Bouteflika, pour en jouir plus tard. ne séquence difficilement jouable, tant est qu’il lui manquera toujours l’argument à même de la valider. La reconduction de Bouteflika, impotent, est difficilement vendable dans les règles classiques du jeu électoral. Il n’y a, pour réaliser un tel dessein, que le coup de force. Et un passage en force n’est jamais le marqueur d’une bonne santé de la République.
S. A. I.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site