Jeudi 20 février 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Contribution
Les choses de la vie
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Love Story ou les nuits folles d’Alger !

Par Hakim Laâlam  
Email : [email protected]
Amar Saâdani réunit le bureau politique du FLN. Un seul point
à l’ordre du jour :

Adieu !

Où t’as vu qu’ils ne s’aimaient pas ? Mais ils s’aiment à la folie. Et ça vient d’être rappelé une seconde fois en moins d’une semaine par le premier civil chef des armées, Abdekka. D’ailleurs, en cercle restreint tracé autour de son fauteuil, notre amoureux transi l’aurait avoué : «Si j’ai un enfant, je le prénomme Toufik !» C’est pas de l’amour fou, ça, hein ? Faut vraiment que tu arrêtes de broyer du noir et de voir le mal partout. Le ciel est bleu, les mouettes chantent la bande son de Love Story et tout va bien entre ce beau monde-là. Saâdani ? Quoi, Saâdani ? Mais Saâdani, c’est rien. Au pis, il est fou, et alors, il faut l’interner dans la Kasma FLN de Bordj Badji Mokhtar, avec ordre pour lui d’en repeindre la façade tous les jours du mois d’août, entre midi tapante et 15 heures 30, jamais au-delà. Au mieux, dans cette affaire, il aura été l’âne de Troie… heu…je crois que mes classiques me jouent des tours… non, en fait la bonne formule, c’est le cheval de Troie, qu’Homère et Ulysse me pardonnent. De toutes les façons, vu l’état de tétanisation dans lequel se trouve l’agité du nombril, tu lui mettrais sous le nez la notification nominative de sa condamnation à être enseveli sous une avalanche de Bendirs qu’il te rétorquerait qu’elle ne lui est pas adressée. Faut arrêter avec Saâdani, il est possédé. Et pas que par le clan ! Faut rester sur l’essentiel. Ils s’aiment d’un amour qui ne souffre que d’un seul nuage. Et ce nuage, c’est nous ! Eh oui, forcément, par notre stupidité, nous faisons tache dans ce beau concert d’amour dégoulinant. Comment faisons-nous pour être aussi aveugles ? Il n’y a qu’un seul ennemi, que diable ! Et le châtelain nous le montre à s’en péter les amortisseurs du fauteuil. C’est la main de l’étranger. Mais attention ! Pas n’importe quelle main de n’importe quel étranger. Non ! Cette mimine-là est locale, mais son registre de commerce serait enregistré à l’étranger. Une sorte de main binationale aux ramifications multiples, et dont le majeur serait planté profond chez nous, en Algérie. Aïe ! Voilà la cible ! Tout le reste n’est que spéculation. Et nous sommes tous invités fermement à ne célébrer désormais que les noces d’argent décrétées par le Palais et ses hérauts. Ceux qui oseraient bouder la fête et ternir la plus belle histoire d’amour de ces 50 dernières années termineront tous comme Amar. Bidon. Pinceau. Peinture. Bordj Badji Mokhtar ! Brrr ! Rien que d’y penser, moi, je dis «Vive l’amour et longue vie aux amoureux !» Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

P. S. : Invité à un cycle de débats sur l’Algérie, l’écriture et le roman au MUCEM, le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée de Marseille, en France, je serai absent samedi, et aurai plaisir à vous retrouver dès mardi prochain, 25 février. En attendant, et comme le dit si bien Amar : «Lorsqu’on te pointe du doigt, regarde le bout de la chaussure de celui à qui appartient le doigt et danse !»
Le fumeur de thé

Nombre de lecture : 1

Dernier sondage
À votre avis, Mouloud Hamrouche sera-t-il candidat à la présidentielle de 2014 ?
Oui : 55,6%
Non : 36,76%
Sans opinion : 7,64%

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site