Mardi 4 mars 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Retraite
Culture
A fonds perdus
Entretien
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Actualités : Profitant d’une échéance présidentielle qu’ils savent scellée d’avance
Ces «candidats» qui ont eu leur quart d’heure de gloire


A peine avoir annoncé leurs candidatures aux élections présidentielles d’avril 2014, qu’ils se sont retirés. Pour la plupart d’entre eux, c’était une expérience à vivre, une occasion à saisir pour exprimer à la faveur des projecteurs des médias, leur opinion, leurs chagrin et désarroi sur ce qu’est devenu la terre d’Algérie.

Mehdi Mehenni - Alger (Le Soir)
Rachid Nekkaz, Tarek Mihoubi, Kamel Benkoussa… pour ne citer que ceux-là, candidats à la candidature aux élections présidentielles d’avril 2014, ont eu leur quart d’heure de gloire.
C’était le temps d’un instant, et au moment où le pouvoir avait besoin d’un maximum de candidatures pour crédibiliser une échéance scellée d’avance. C’était ni plus ni moins qu’une opportunité à saisir, puisque tout citoyen algérien a le droit de retirer les fameux formulaires, lesquels devront être validés par le Conseil constitutionnel.
Si certains savaient dès le départ qu’ils ne réussiront jamais à réunir les 60 000 signatures exigées pour rejoindre la course vers le palais d’El Mouradia, d’autres n’ont même pas fait l’effort, vu que l’intention première d’une telle démarche repose sur d’autres considérations. C’est un contexte, une opportunité pour exprimer ses opinions dans un pays où tout citoyen n’a pas souvent l’occasion, sinon le droit de le faire en toute liberté. Qu’ils l’aient fait pour se faire connaître, pour être sous les projecteurs des médias ou satisfaire un ego personnel, ce qu’il faut retenir, et par-dessus tout, c’est qu’ils ont tous exprimé leur chagrin, leur désarroi sur ce qu’est devenue la terre d’Algérie. Il y a en a même qui ont postulé par ironie ; histoire de dire au monde entier que, ce qui est considéré ailleurs comme un évènement décisif pour l’avenir d’une nation, chez nous, ce n’est ni plus ni moins qu’une mascarade. Comme quoi si ailleurs le ridicule ne tue pas, chez nous, il ne fait pas même rougir. La preuve, c’est qu’ils ont eu l’humilité de se retirer longtemps avant que la date butoir de dépôt du dossier de candidature n’arrive à terme. C’était en clair, un message à celui qui succède et pour la quatrième fois, à lui-même, que nous refusons de cautionner un coup théâtral. Ils ont eu des suivistes, des fans et des adhérents sur les réseaux sociaux. Ils ont eu des portraits et des interviews sur les colonnes des journaux.
Ils ont été les invités de plateaux télévisés et ils ont exprimé ce qu’il leur tenait à cœur. Ils n’ont rien perdu, mais bien au contraire, ils font désormais partie de l’histoire d’une Algérie qu’ils mettent devant sa réalité.
M. M.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site