Jeudi 6 mars 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Contribution
Les choses de la vie  
Ce monde qui bouge
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Actualités : PRÉSIDENTIELLE 2014
Que feront les boycotteurs ?


Partis politiques et personnalités ayant opté pour le boycott des élections présidentielles se rencontrent aujourd’hui. A l’ordre du jour, une large concertation pour arrêter un plan d’action en vue d’un boycott actif. Des responsables du RCD, du MSP, d’Ennahda, de Jil Jadid — de Djilali Soufiane — et Ahmed Benbitour tenteront de mettre au point un plan de bataille qui puisse faire consensus.

Nawal Imès - Alger (Le Soir)
Le Rassemblement pour la culture et la démocratie, le Mouvement de la société pour la paix, Ennahda, Jil Jadid et Ahmed Benbitour qui ont pris option pour le boycott coordonnent leurs actions pour mobiliser autour d’actions concrètes devant mener à une large mobilisation populaire en faveur du boycott. Djilali Soufiane, porte-parole de Jil Jadid qui avait dans un premier temps fait part de son intention de se présenter aux élections avant de se retirer, estime que «nous ne sommes plus dans un processus normal mais face à un véritable renversement», expliquant que dans ce contexte, la seule partie qui pourrait intervenir, c’est le peuple. C’est pour cette raison, dit-il, qu’il compte «s’aligner sur toutes les actions populaires».
Dans quelques jours, son parti jaugera l’ampleur des mouvements de protestation. Soufiane Djilali sera d’ailleurs présent au rassemblement prévu aujourd’hui par le mouvement «Barakat».
Du côté du MSP, son chargé de communication expliquait hier que le boycott était une position politique qui devra être expliquée à de larges pans de la société. Pour ce faire, le parti de Mokri compte sur le travail de proximité. Le MSP a d’ores et déjà imprimé un petit livret qui résume les positions du parti. Le MSP qui sera, selon M. Tebbal, présent dans les quartiers, saisira l’opportunité des rencontres nationales pour faire campagne en faveur du boycott.
Le MSP compte également être présent sur les réseaux sociaux. Il évoque des rencontres avec le RCD et Ennahda et la proposition de l’organisation d’une conférence nationale du dialogue qui regroupera non seulement les adeptes du boycott mais également les candidats qui considèrent que les conditions ne sont pas réunies pour la tenue d’élections dans les règles. Pour le porte-parole du RCD, toutes les actions menées se feront avec les partenaires politiques qui partagent la même analyse. Ces derniers risquent cependant de se heurter à la ferme intention des pouvoirs publics de ne pas laisser le champ libre aux partis ayant décidé de ne pas participer à l’élection. Tayeb Belaïz avait donné le ton en affirmant que «les autorisations et les salles ne seront accordées, durant la campagne électorale, qu'aux candidats dont les dossiers ont été validés par le Conseil constitutionnel».
Une déclaration qui avait soulevé un tollé avant que Belaïz ne tente d’expliquer cette décision par l’indisponibilité des salles en période de campagne électorale. Un argument qui n’aura évidemment convaincu personne.
N. I.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site