Dimanche 16 mars 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Le Soir Auto
Culture
Contribution
Ici mieux que là-bas
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Actualités : Abdallah DjabAllah à partir de Mila :
«Un président sain de corps et d’esprit est le minimum consensuel !»


Abdallah Djaballah, est venu à Mila défendre la cause du mouvement des boycotteurs des élections présidentielles du 17 avril prochain, devant un parterre de militants, sympathisants et autres curieux venus l’entendre.
«L’Algérie est plus menacée que jamais, dans son unité nationale et son intégrité territoriale, par ceux-là mêmes qui prétendent la protéger et la défendre contre une quelconque menace ! En piétinant la Constitution et toutes les lois de la République, en humiliant et en spoliant le peuple en le prenant en otage par tous les subterfuges imaginables, ne sont-ils pas en train de le pousser à l’extrême ? Soit ! Supposant qu’un danger extérieur quelconque se fomente à nos frontières et qu’il est, plus que jamais, urgent de se serrer les coudes, n’est-il pas judicieux de laisser le peuple choisir par lui-même celui qu’il considère le plus apte pour ce défi ? La cour de Bouteflika et les laudateurs de tous bords prétendent et reconnaissent que le président-candidat est certes fatigué mais son esprit fonctionne mieux que celui de la plupart d’entre nous ! Nous leur disons que l’Algérie a besoin, plus que jamais, d’un président sain de corps et d’esprit, un homme apte physiquement et mentalement et en possession de toutes ses facultés, pour ne parler que de ce volet-là, devenu sujet à débat dans l’état actuel des choses en Algérie, et c’est malheureux d’en arriver là !» Telles sont les grandes lignes de l’intervention du président du Front pour la justice et le développement (FJD) Abdallah Djaballah, qui est venu défendre la cause du mouvement des boycotteurs des élections présidentielles du 17 avril prochain, devant un parterre de militants, sympathisants et autres curieux venus l’entendre. Dans son intervention, le président du FJD a mis l’accent sur toutes les dérives constatées dans tous les vecteurs de la société, l’incompatibilité de la loi fondamentale qui régit le pays, les dérapages et les fuites en avant qui caractérisent les tenants du pouvoir et leur entêtement à mener le pays vers des lendemains porteurs de grandes incertitudes et de préjudices incalculables. Non à une gestion, par procuration, du pays – Non au piétinement de la Constitution – Non à des élections qui consacrent le fait accompli, la fraude et la médiocrité, etc. Autant de slogans qui appuient le discours du président du parti, ornent sur des banderoles, les quatre coins de la salle.
«L’Algérie est à la croisée des chemins et des risques fortement préjudiciables la guettent si jamais elle rate le virage qu’elle entame, elle a donc besoin, pour ce faire, de ses enfants de tous bords afin de la mener à bon port», poursuit Abdallah Djaballah, qui estime que «le pays a besoin d’une véritable refondation, que ce soit sur le plan de ses dirigeants ou de sa loi fondamentale qui a, de tout temps, été défaillante et c’est prémédité, afin de permettre aux dirigeants en place, de manœuvrer toujours dans le sens qui arrange l’intérêt du groupe ou clan au pouvoir, et ce n’est sûrement pas de cette façon qu’on aboutira à un Etat de droit et de justice».
Djaballah a fait une rétrospective sur les 50 années d’indépendance de l’Algérie, il a mis le doigt sur tous les points noirs et les agissements néfastes des uns et des autres, il a fait une multitude de propositions à même de contribuer à des lendemains meilleurs pour ce peuple qui mérite respect et considération.
A. M’haïmoud

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site