Samedi 22 mars 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Auto
Culture
Contribution
Lettre de province
Soirmagazine
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Chronique du jour : Lettre de province
Zeroual et la mystification électorale



Par Boubakeur Hamidechi
[email protected]

Après l’appel de Hamrouche celui de Zeroual aura-t-il un impact décisif sur la tournure que prennent les évènements et sera-t-il susceptible de mettre un terme à la mystification électorale qui se prépare ? Or s’il ne fait aucun doute que la solide analyse de l’ex-président légitime, en quelque sorte, le combat que mènent les réseaux sociaux, par contre, les affidés du palais, contraints alors à la riposte, n’hésiteront sûrement pas à user de tous les moyens en leur possession pour durcir le ton jusqu’à recourir aux injures comme mots d’ordre de campagne.
A l’instant où celle-ci s’ouvrira, l’on ne s’étonnera pas, en effet, de revoir un Sellal dans son exercice favori qui consiste à flétrir la dignité des gens qui ne partagent rien avec la coterie dont il fait partie. 18 mois à la tête des affaires de l’Etat ont justement suffi à faire de lui ainsi que les comparses qui l’entourent (Benyounès, Ghoul, etc.), l’objet de toutes les répulsions dans l’opinion. Les écarts de langage enrobés dans la plaisanterie tout autant que les insupportables dérapages verbaux indiquent bien que nous n’avons guère affaire à de respectables personnalités politiques mais à d’affligeants nervis propulsés aux postes-clés de l’Etat. C’est par conséquent ce mercenariat du palais qu’il va falloir affronter. Non pas au chapitre des arguments contre arguments mais sur le terrain vague de la «voyoucratie».
Avec pour seul dessein d’imposer à la tête de la République un cabinet noir vers lequel seront transférées toutes les fonctions régaliennes d’un Président, ils s’apprêtent à établir une autre forme de fonctionnement de la plus haute institution de l’Etat. En clair, ce sont les dessous du complot contre l’ordre républicain que dénoncent les courants sociaux loin de tout préalable idéologique concernant le choix de l’électeur.
La disqualification par la grève nationale du vote prend tout son sens dans la singulière situation d’un Président malade que l’on pousse à succéder à lui-même. Certes, l’Algérie mérite bien mieux que ce drame de la division qui ne se joue qu’autour du destin d’un homme. Mais puisque seule l’alternative du refus s’impose autant qu’elle soit alimentée publiquement afin qu’elle parvienne à convaincre le «bouclier armé» de l’Etat de s’opposer à cette impensable confiscation de l’acte souverain des Algériens.
Comme le qualifie avec justesse Boukrouh, l’on s’achemine vers «un crime moral», sauf que celui-ci est également la résultante d’une terrible dérive qui eut lieu le 12 novembre 2008. C’est ce délit initial, ayant consisté à déverrouiller la limitation des mandats, qui a ouvert un boulevard au profit de la mégalomanie du pouvoir.
Les Belkhadem, Ouyahia et quelque 300 députés furent les artisans de l’opération. Les parlementaires par leur approbation coupable alors que les premiers cités furent remarquables par leurs pernicieuses rhétoriques. C’est d’ailleurs à eux que l’on doit cette acrobatie sémantique qui, prétendait qu’il n’y a de «meilleure alternance que dans la vertu exclusive des urnes» !
Une dialectique en apparence solide mais qui, dans la réalité des faits, est profondément spécieuse dès l’instant où elle passait sous silence le mode d’emploi des urnes et le trafic qu’elles ont tout le temps subi dans nos contrées. Les constitutionnalistes de 1996, très au fait de la culture de la fraude, étaient bien mieux inspirés lorsqu’ils rédigèrent l’article 74 qui posait le principe de l’alternance en terme de limitation du nombre de mandats.
En effet, dans un système de semi-liberté et d’interventionnisme excessif de l’appareil de l’Etat, de quels crédits pouvaient se prévaloir nos scrutins, sinon par le verrou de l’inéligibilité au terme d’un parcours ? C’est donc à partir de cette porte étroite que l’Algérie doit refaire le chemin inverse pour renouer avec un principe fondateur. D’autant, qu’en la circonstance, puisque la nature vient de rattraper l’ambition du leader «adulé», les Algériens se demandent simplement comment l’on peut encore agréer une personnalité grandement handicapée, qualifiée par le passé récent de dirigeant providentiel. Une entourloupette sans précédent et qui, d’ailleurs, n’a existé que dans les cercles des zélés courtisans.
B. Hamidechi

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site