Dimanche 30 mars 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Fiction
Contribution
Ici mieux que là-bas
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Actualités : Faouzi Rebaïne à jijel :
«Non au 4e mandat»


«j'ai un programme, j'ai un projet qui s'étale sur cinq ans. Je l'appliquerai si je suis président de la République», a déclaré Ali Faouzi Rebaïne président du parti AHD 54 hier matin lors de son meeting populaire tenu au Centre culturel de Chekfa dans la wilaya de Jijel.
Devant une assistance nombreuse dont une partie est composée de femmes, le président de AHD 54, en farouche opposant au 4e mandat, a plaidé pour un Etat moderne «je veux construire un Etat moderne dans lequel la justice sera indépendante.
S'attaquant aux axes de ce programme, une fois élu président de la République, l'orateur a ajouté que la réhabilitation de la Cour des comptes, du Conseil constitutionnel et des Assemblées élues demeure sa priorité.
Sur son passage, l’hôte de la région de Sidi Abdellah Moulay Chekfa plaide pour un nouveau découpage administratif et l'augmentation du nombre des communes et des wilayas pour mieux prendre en charge les préoccupations des citoyens car notre pays est vaste.
Abordant le volet économique, Ali Faouzi Rebaïne a déploré la dépendance alimentaire dont souffre le pays en
s'engageant, une fois élu président, à réaliser l'autosuffisance alimentaire à travers l'élaboration d'un programme de soutien au profit des vrais fellahs sans omettre toutefois de tirer à boulets rouges sur l'effacement des dettes des faux agriculteurs initié par le pouvoir actuel. Il a également souligné qu'il développe les industries de transformation génératrices pour la résorption du chômage. S'agissant du volet politique, l'orateur a décoché des flèches à l'encontre de ceux qui exercent le monopole de pouvoir en appelant pour l'alternance au pouvoir et en mettant l'accent sur le contrôle sur les dépenses de l'argent public.
Interrogé par des citoyens sur sa position vis-à-vis des boycotteurs, il a affirmé qu’il a du respect pour ces gens.
Cependant il a estimé que le scrutin du 17 avril est une vraie bataille qu'il faut mener pour changer ce système.
Bouhali Mohamed-Cherif

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site