Dimanche 30 mars 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Fiction
Contribution
Ici mieux que là-bas
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Actualités : KERRY À ALGER
Controverse autour d’une visite


L’annonce de la visite du secrétaire d’Etat américain, John Kerry, en Algérie, et en cette période d’élections présidentielles, a suscité moult interrogations dans la classe politique nationale. Un timing qui n’est pas, aux yeux de beaucoup d’observateurs, fortuit, sachant que l’émissaire américain était attendu en 2013 par les autorités du pays, mais qui a annulé sa visite à la dernière minute. Contactés, les candidats à la présidentielle d’avril 2014 livrent chacun son avis.

Abdelaziz Belaïd, candidat à la présidentielle :
«Il ne faut pas voir la visite de John Kerry d’un point de vue négatif»

«L’Etat ne doit pas cesser de fonctionner en période électorale, et je crois qu’il ne faut pas voir la visite de M.John Kerry d’un point de vue négatif. Si cela s’inscrit dans un esprit d’échange économique et social, soit dans un cadre bilatéral, nous n’avons pas à se plaindre. Or, si cette visite entre dans le cadre des élections présidentielles, nous ne sommes pas d’accord. Le peuple algérien est le seul à décider du sort de l’Algérie.»

Djelloul Djoudi, chargé de communication de la candidate Louisa Hanoune :
«Les Américains veulent arracher des concessions sur les décisions souveraines de l’Algérie»

«Nous dénonçons la visite de M.John Kerry, en cette période de campagne électorale pour les présidentielles d’avril 2014. Nous connaissons parfaitement les méthodes des Américains qui consistent à faire pression dans des contextes qu’ils jugent favorables pour arracher des concessions sur les décisions souveraines des Etats. Il ne faut pas oublier qu’il y a eu déjà, en 2013, l’annonce d’une visite du secrétaire d’Etat américain des Affaires étrangères, et qui a été annulée à la dernière minute. S’il revient, aujourd’hui, et en ce moment précis, cela démontre largement les intentions des Etats-Unis.»

Abdelkader Boudjouras, chargé de communication du candidat Moussa Touati :
«Les Américains vont prendre leur part en échange d’un cautionnement du 4e mandat»

«Notre avis au FNA quant à la politique étrangère de l’Algérie est connu, pour avoir toujours douté des décisions prises par les autorités du pays, lesquelles sont toujours soumises à une tutelle. Nous sommes conscients de ce qui fait courir les Américains, chez lesquels plus de 200 milliards de dollars de nos réserves de change sont placés, et qui veulent marchander avec un Président-candidat malade. Nous ne croyons pas, donc, que la visite de M.John Kerry soit motivée par des questions d’ordre sécuritaire, en cette période d’élections présidentielles. Les Américains vont prendre leur part du gâteau, en échange d’un cautionnement du quatrième mandat d’Abdelaziz Bouteflika.»

Toufik Benalou, chargé de communication du candidat Fawzi Rebaïne :
«Que vont donner nos gouvernants en gage de bonne volonté à ceux qui leur rendent visite ?»

«Les vraies questions que nous nous posons sont : que vont donner nos gouvernants en gage de bonne volonté à ceux qui leur rendent visite en cette période électorale ? Est-ce que nos gouvernants bradent-ils nos richesses à ceux qui cautionnent une politique basée sur la rente et est-ce que enfin, nous avons des gouvernants honnêtes et patriotes pour défendre nos intérêts ?»

Madjid Bekouche, chargé de communication à la direction de campagne d’Abdelaziz Bouteflika :
«Cette visite conforte l’Algérie en tant qu’îlot de paix et de stabilité»

«L’Algérie, aujourd’hui, dans ce contexte politique caractérisé par des tensions régionales, est une destination particulièrement prisée par les intervenants occidentaux sur les grands dossiers régionaux, notamment les émissaires américains, dont celui imminent, M. John Kerry. Cette visite conforte l’Algérie en tant qu’îlot de paix et de stabilité dans la région et en tant que force régionale susceptible d’émettre des avis éclairés et constructifs sur ces dossiers. Elle conforte aussi la politique régionale de l’Algérie, menée d’une main de maître par l’actuel Président. Maintenant, et pour ceux qui établissent un rapport entre cette visite et la campagne présidentielle, nous considérons que ce sont des propos défaitistes de gens qui se préparent à la débâcle électorale au vu de ce qu’ils voient annoncer comme déclarations de soutien au candidat Abdelaziz Bouteflika et au vu des manifestations évidentes de sympathie pour notre candidat à travers tout le pays.»

Lotfi Boumghar, chargé de communication du candidat Ali Benflis :
«Il est normal et indispensable que l’Algérie et les états-Unis entretiennent des relations»

«M. Ali Benflis considère qu’il est normal et indispensable que l’Algérie et les Etats-Unis entretiennent des relations de coopération denses et confiantes.
Le fait que cette visite intervienne dans le contexte électoral, qu’est celui de l’Algérie, aujourd’hui, n’appelle pas, a priori, des lectures particulières. M. Benflis sera attentif aux déclarations que fera le secrétaire d’Etat américain, au cours et à l’issue de sa visite et n’a pas de doute sur le fait que les Etats-Unis ne peuvent qu’appeler au respect du choix souverain du peuple et à l’instauration d’une véritable démocratie en Algérie.
Cela dit, M.Benflis sait que c’est le peuple algérien qui doit choisir celui qui le représentera et c’est à lui seul qu’appartient ce pouvoir.»
M. M.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site