Dimanche 30 mars 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Fiction
Contribution
Ici mieux que là-bas
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Actualités : Conférence de presse de Ahmed Bencherif :
«Bouteflika est inconscient»


L’ancien commandant de la Gendarmerie nationale, le colonel Ahmed Bencherif s’implique dans la campagne électorale en faveur du candidat Ali Benflis. L’homme était, hier, au quartier général du candidat, à Alger, pour tirer à boulets rouges sur Bouteflika qu’il a qualifié «de gravement malade» et «d’inconscient».

Sofiane Aït Iflis - Alger (Le Soir)
Même s’il ressent les vicissitudes de l’âge, Ahmed Bencherif a toujours le ton martial : «On assiste à une atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat, provoquée par la mafia politico-financière dirigée par Saïd Bouteflika », a-t-il choisi comme entrée en matière à sa conférence de presse qui s’est voulue être, de bout en bout, une charge contre Bouteflika et un appui à Benflis. «Ils se sont accaparés le pouvoir, depuis la maladie de mon ami Bouteflika», a-t-il accusé.
Affirmant disposer du numéro de téléphone de Bouteflika et qu’il l’a appelé, Bencherif a témoigné que le chef de l’Etat, candidat à sa propre succession, «ne peut ni marcher ni parler» et qu’il «est inconscient». Selon Ahmed Bencherif, Bouteflika ne sait même plus qu’Ahmed Ouyahia et Abdelaziz Belkhadem ont été rappelés aux affaires, l’un nommé directeur de cabinet à la présidence de la République et l’autre ministre d’Etat, conseiller personnel du Président.
Enchaînant, l’ancien commandant de la Gendarmerie nationale dénoncera vigoureusement les assertions d’Amara Benyounès qui a eu à affirmer que Bouteflika gouverne avec sa tête et non avec ses pieds : «Ya si Benyounès, tu n’es qu’un pauvre bougre. L’AVC est une maladie irréversible. Bouteflika t’a mis hors d’état de nuire en te donnant une responsabilité, toi qui criais auparavant Boutesrika.» Celui qui en prendra aussi pour son grade est Mourad Medelci, le président du Conseil
constitutionnel : «C’est Medelci qui a semé cette zizanie dans le pays. Lui qui avait avoué, dans l’affaire Khalifa, n’avoir pas été intelligent et affirmé des années plus tard que la candidature de Bouteflika est une blague, est devenu, comme par enchantement, intelligent et valide la candidature de Bouteflika.»
Pour Ahmed Bencherif, Mourad Medelci a foulé aux pieds la loi et la Constitution. «Il y a vacance du pouvoir depuis la maladie de Bouteflika», a-t-il soutenu. L’ancien commandant de la Gendarmerie nationale a reconnu, par ailleurs, que la fraude électorale est devenue une tradition en Algérie. « Il y a eu fraude durant le 1er, 2e et 3e mandat.»
Ahmed Bencherif est convaincu que l’élection du 17 avril prochain ne sera pas exonérée de fraude. «Selon mes prévisions, le candidat Bouteflika ne récoltera pas plus de 10% des suffrages mais ne vous leurrez pas, il sera déclaré vainqueur avec plus de 70% des suffrages.»
Ahmed Bencherif a parlé aussi de la corruption qui s’est généralisée durant le règne de Bouteflika : «La corruption ces dernières années est inégalée et la Cour des comptes se tait», a-t-il accusé, citant le cas de l’ex-directeur de l’OAIC qui s’est accaparé un pactole de 2 milliards 2 cents millions de dollars qu’il a placé dans des comptes à Monte-Carlo. Il a également accusé Saïd Bouteflika d’avoir bénéficié d’une mensualité de 50 millions de centimes chez Khalifa. Evoquant le parcours de maquisard de Bouteflika, Ahmed Bencherif dira que «Bouteflika a fait au total 7 jours de maquis et n’a tiré aucune balle». Il a affirmé aussi que l’armée et ses services de sécurité sont muselés.
S. A. I.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site