Mardi 1 avril 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Monde
Contribution
A fonds perdus
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Pochette surprise !

Par Hakim Laâlam  
Email : hlaalam@gmail.com
S’il est réélu, Abdekka s’est engagé sur un dossier qu’il considère comme prioritaire. Promouvoir au niveau national le…

… langage des signes !

Moi, depuis que j’ai vu des médecins invités à un colloque sur la santé et qui découvrent une fois dans la salle qu’ils ont été conviés à l’insu de leur plein gré non consentant à la campagne du Grand Malade, je me méfie de tout. Ce matin, par exemple, chez mon épicier, je l’avoue, j’avais des appréhensions. Imagine que pour un paquet de café, le mec te fourgue un poster du «candidat kitusé» ? Ne ris pas ! Quand tu as été capable d’entourlouper des toubibs, un épicier, ce n’est pas plus compliqué. Et justement, pour rester au chevet de ces pauvres toubibs, j’avais rendez-vous en fin de matinée chez mon dentiste. Dans ma tête, et avant de franchir le seuil de son cabinet, je m’étais monté un tas d’histoires. Tiens, par exemple, j’aurais pu être installé dans une salle d’attente avec des posters tout pleins accrochés aux murs et vantant les dents vachement blanches du candidat sortant-rentrant. Eh oui ! A ce niveau de vente concomitante, la denture de Abdekka comme argument de campagne dans le cabinet d’un dentiste, on est dans le ton ! Mais bon, finalement, la salle d’attente était aussi triste que d’habitude, les murs crades, y avait juste ce patient qui tenait absolument à me montrer sa dent chicanée sous toutes les coutures, manœuvre évidente pour que je le laisse passer avant moi. Mais en gros, pas de campagne électorale cachée chez mon dentiste. Là où ça s’est par contre un peu compliqué, c’est lorsque je me suis pointé à la station de tramway pour me rendre au boulot. Sur le quai, j’ai eu les chocottes ! Qui pouvait me garantir que ce moyen de transport n’allait pas lui aussi être mis à contribution, détourné vers un QG de campagne de Boutef’ et les voyageurs, tous les occupants des rames contraints d’aller écouter en boucle des discours anciens du candidat, du temps où il donnait encore de la voix ? Comment j’aurais justifié mon absence du travail auprès de mon patron ? Je n’allais tout de même pas exiger des encadreurs du QG de l’ex-nouveau raïs qu’ils me fournissent un bon d’absence pour raison supérieure, quand même ! Une fois dans la rame, j’ai fermé les yeux, j’ai serré les poings très forts, prêt à tout, même à me retrouver en meeting à Tataouine. Lorsque le tram s’est immobilisé, miracle, j’étais à la bonne station. Je quittai vite ce train tant qu’il était encore temps, me disant qu’ils avaient commencé leur opération de bidouillage avec les toubibs, mais que tout ça allait rapidement dégénérer et faire tache d’huile. De l’huile ? Mon Dieu ! Je savais bien que j’avais oublié d’acheter un truc ce matin chez l’épicier. Et hop ! C’est reparti pour les crampes d’estomac et mon angoisse chronique. Faut vraiment que je consulte mon médecin. Dès qu’il aura été relâché du meeting où il est toujours détenu. En attendant, je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue. H. L.

Nombre de lecture : 4326

Dernier sondage
Pensez-vous que la candidate Louisa Hanoune épargne largement le candidat Bouteflika dans ses meetings de campagne ?

Oui : 85,8%
Non : 10,48%
S. opinion : 3,72%

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site