Samedi 5 avril 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
LE SOIR NUMÉRIQUE & SAT
Culture
Lettre de province
Soirmagazine
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


Après la pluie, le soleil, s’il le veut bien, bien sûr !

Par Hakim Laâlam  
Email : [email protected]
Devinette. Chez son coiffeur, quelle coupe demande Amara Benyounès ?

La coupe à la brosse !

Depuis que j’ai appris par le procuré numéro 1, Sellal, que c’est «grâce à Bouteflika que la pluie tombe abondamment sur notre pays ces derniers jours», j’avoue mon tourment. D’abord par rapport à Dieu ! Non, il ne s’agit pas de blasphémer, mais juste de revenir un peu sur terre. J’ai toujours cru que la pluie était une bénédiction de Dieu ! Et là, Sellal me dit que non ! Que mes croyances sont surannées. Que la pluie, nous la devons à Abdekka. Dieu m’a donc menti ! Je tombe des nues. Je ne tombe d’ailleurs plus de rien, reconsidérant depuis quelques heures l’existence même des nues, des cieux et de Dieu ! Mal en point, stressé, déstabilisé au… diable par ces révélations pluviométriques, je regarde tout ce qui m’entoure autrement. Et d’abord ce vénérable papy que j’ai croisé à la station de taxis et qui s’est abrité un temps sous mon parapluie. «Ne t’inquiète pas mon fils de cette ondée subite, après la pluie vient le beau temps.» Je l’ai regardé, j’étais sur le point de lui demander un peu brutalement qu’est-ce qui lui permettait d’être aussi catégorique sur cette succession climatique, où avait-il lu que Boutef’ avait décidé de faire suivre la pluie par le soleil, aurait-il eu connaissance d’un communiqué en ce sens du comité de campagne du candidat sortant-rentrant, mais finalement, je me suis ravisé. N’allais-je pas choquer cet honorable vieillard au crépuscule de sa vie en lui annonçant ainsi, brutalement, sur le bord d’un trottoir mouillé, que le soleil, tout comme la pluie, nous ne le devions pas à Sidi Rabbi mais au nouveau Baba Rabbi, un Terrien aux pouvoirs extraordinaires, voire terrifiants. Je laissai donc là le papy et grimpai dans mon taxi, souriant un peu devant le logo de la voiture. Je savais bien moi que ce losange symbole d’une marque française était en fait une usurpation. Renault, Peugeot, Ford ou Hyundai n’avaient absolument rien créé, rien inventé. L’inventeur du véhicule à moteur et du… moteur à explosion, ce ne pouvait être que lui, le déclencheur de la pluie et du soleil. Mes enfants n’étaient sûrement plus les miens, mais le fruit d’un adultère commis par mon épouse avec lui. Mes parents aussi ont dû naître un jour de sa docte décision de faire germer la vie sur terre. Car il est bien entendu désormais, dorénavant et «dorénaprésent» que s’il y a de la vie sur la planète Bleue depuis des millions d’années, voire des milliards, cela est l’œuvre unique de l’Eternel, de Abdekka. Et non pas le résultat du big-bang. D’ailleurs, même le big-bang, c’est lui ! Ou plus exactement ça sera lui. Juste après le 17 avril. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue. H. L.

Nombre de lecture : 1

Dernier sondage 
Pensez-vous que Amara Benyounès et Amar Ghoul sont utiles au candidat Bouteflika ?

Oui : 15,63%
Non : 79,75%
S. opinion : 4,61%

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site