Mercredi 23 avril 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Auto
Culture
Société
Monde
Contribution
Tendances
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Actualités : L’APRÈS-ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE
Les arbitrages qui attendent Bouteflika


L’après-17 avril sera certainement fait de la remontée en surface des conflits organiques qui ont marqué, tout au long de l’année 2013, le FLN et le RND. Les inimitiés, tues l’intervalle d’une élection présidentielle, pourraient également marquer la relation DRS-ANP. Abdelaziz Bouteflika, reconduit dans sa fonction de chef de l’Etat, sera forcément astreint à des arbitrages.
Sofiane Aït Iflis - Alger (Le Soir) - L’approche de l’élection présidentielle avait sonné une sorte d’armistice sur l’ensemble des fronts qu’animaient, outre les encartés du FLN et RND, les militaires que les sorties tonitruantes d’un Amar Saâdani départageaient en soutiens et opposants au 4e mandat de Bouteflika. La reconduction de Bouteflika étant chose faite, d’aucuns s’attendent à voir se réanimer tous ces fronts. A commencer par les conflits organiques qui minent les deux partis pivots de la coalition gouvernementale, lesquels ne tarderaient pas à ressurgir de nouveau. Déjà, l’on sent d’ailleurs, les redresseurs du FLN reprendre du poil de la bête et se préparer à un nouvel assaut contre le secrétaire général qu’ils n’ont pas perdu de vue mais à qui était laissée l’opportunité d’apporter sa contribution à la réélection de Bouteflika. Les redresseurs du FLN, contrairement à l’avant-présidentielle, devront désormais faire avec une donne inattendue : la remise sur orbite politique d’Abdelaziz Belkhadem, rappelé à la fonction officielle en qualité de ministre d’Etat, conseiller personnel du Président. Abderrahmane Belayat et compagnie auraient déjà compris que la bataille de redressement du FLN est plus compliquée qu’ils se l’étaient imaginée, avec le retour aux affaires d’un Belkhadem contre qui ils avaient longuement et ardemment ferraillé. En travaillant à déloger Amar Saâdani, ils prennent le risque de faire de la place pour Belkhadem qui, non seulement n’a jamais digéré son éviction mais aussi et surtout se sent fort de la confiance de Bouteflika pour vouloir récupérer son fauteuil. Et c’est à Bouteflika qu’il reviendra forcément d’arbitrer entre ces ambitions qui font florès au sein du FLN. Bouteflika aura certainement du mal à trancher, tant est que les rivaux qui se disputent le FLN ont tous contribué à sa campagne électorale. Si les partisans de Belayat, moins présents dans la campagne électorale, ne doivent pas trop espérer quelques verdicts favorables, les Saâdani et Belkhadem si, étant donné qu’eux ont été logés à meilleure enseigne par le clan présidentiel qui les a associés à l’animation de la campagne électorale. La situation diffère un peu s’agissant du RND, puisque le conflit organique met aux prises non point trois entités mais deux courants : les partisans d’Ouyahia et les adeptes de Bensalah. Ces derniers avaient d’ailleurs un peu trop vite célébré l’enterrement politique de l’ancien secrétaire général du parti, qu’ils voyaient parti pour une longue traversée du désert. Au final, point de tout cela : Ouyahia en est revenu dans des fonctions importantes mais surtout qui supposent aval et confiance du Président. Le repêchage d’Ouyahia pourrait donner des idées à ses partisans au sein du RND qui voudraient bien renverser les équilibres au sein du parti. Mais, comme pour le FLN, l’aboutissement de leurs éventuelles actions dépendra de l’appréciation qui en sera faite par Bouteflika. Un autre arbitrage pour un Président dont les manœuvres auront démultiplié les situations de conflits. D’entre elles, et de loin la plus importante, celle qui a induit la dichotomie entre le DRS et l’état-major de l’ANP. Là, l’arbitrage sera des plus délicats, tant est que les restructurations opérées par Bouteflika au sein du DRS ont été ressenties comme des entailles douloureuses au sein des services de renseignement. Des restructurations qui ont provoqué une situation d’équilibre instable auquel Bouteflika est appelé à remédier. Comment et au profit de qui ? Là est la grande question. Des conflits que Bouteflika devra régler, d’une manière ou d’une autre, auront une directe relation avec ses projets immédiats, en premier chef la révision de la Constitution et l’institution du poste de vice-président. L’idée, faut-il le dire, suscite déjà des convoitises.
S. A. I.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site