Jeudi 24 avril 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Monde
Contribution
Les choses de la vie  
Ce monde qui bouge
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Actualités : Le Bonjour du «Soir»
La suite (2)...


Par Mamâr Farah
J'ai vu et revu la fameuse vidéo. Je l'ai visionnée sur écran géant pour en analyser tous les détails. Je l'ai passée au ralenti. J'ai d'abord refusé de croire que ces scènes inhumaines ont bien eu lieu en ce mois d'avril 2014 chez nous. J'ai tenté de me rassurer : peut-être que ce film fait partie du matériel de déstabilisation dont on disait qu'il comportait des séquences filmées dans un pays maghrébin. J'ai pensé que cela se passait dans un pays arabe ou même en Amérique Latine. Inconsciemment peut-être, mon esprit refusait de croire qu'une telle ignominie était possible ici et maintenant. Pourtant, tout indique que la scène date de quelques jours et qu'elle a été filmée à l'aide d'un smartphone ou d'un caméscope amateur. Le choc ! La triste réalité d'une police qui renoue subitement avec ses anciennes habitudes ! Séquences terribles, insupportables, incompréhensibles. Ces scènes nous renvoient aux images encore vivaces dans nos mémoires de la répression en Tunisie, Libye et Égypte. Et parmi ces policiers déchaînés, les plus féroces n'étaient pas les agents en tenue mais ces «baltaguia» en civil, véritables bêtes cruelles qui ont malmené des jeunes sans défense, parfois même menottés ou blessés et gisant par terre ! Après la violente répression de la dernière manifestation de Barakat, ce nouvel épisode ternit davantage le corps dirigé par M. Hamel. On nous dira que ces voyous sont une minorité. Il est peut-être temps de leur faire comprendre qu'ils sont des hors-la-loi !
[email protected]

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site