Mardi 6 mai 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Retraite
Culture
Monde
A fonds perdus
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Il y a zéro et zéro !

Par Hakim Laâlam  
Email : [email protected]
Comment résumer la carrière de Saâdani ? Oh !
De manière fort simple. De la carte du parti à la …

…Carte de résidence !

Ainsi donc, il semblerait que les dossiers portant mention «corruption» auraient été retirés au DRS et confiés à la gendarmerie avec consigne ferme de tout redémarrer de zéro. Alors là, il faut faire très attention. Les gens, de manière légère, parfois farfelue, pensent qu’il n’existe qu’une seule espèce de zéro, un genre unique de zéro. Erreur ! Il y a zéro et zéro ! C’est pour cela qu’il faut nous entendre dès maintenant sur l’identité du zéro à partir duquel Abdekka aurait demandé à la Gendarmerie nationale de reprendre les enquêtes. Il suffirait d’un malentendu sur ce zéro, sur sa spécificité, sur sa nature pour tout fausser, pour perturber les enquêtes, voire même mener les pandores sur de fausses pistes. Et ça, bien sûr, moi, vous, nous tous avons bien compris que Boutef’ et son entourant entourage ne le veulent surtout pas. Surtout pas. Surtout pas. Oui, je l’écris trois fois de suite, des fois que certains auraient mal entendu. Ou mal lu. Ou lu avec les lunettes du voisin. Donc, il y a zéro et zéro. Tu peux ainsi aller à ton bureau d’enquêteur le matin, muni d’un ordre de mission sur lequel est mentionné à l’encre sympathique «le porteur dudit ordre de mission a pour tâche de reprendre de zéro son enquête. Prière aux autorités civiles et surtout pas militaires de ne pas lui prêter main-forte, ni faible, même pas main molle.» Dans ce cas de figure, l’enquêteur trouvera bien dans sa corbeille à papiers les restes coupés menus des précédentes investigations qu’il devra reprendre de zéro. C’est là une des versions de la reprise à zéro. Mais, comme je l’écrivais plus haut, ce n’est pas la seule. Il y a aussi la version moins chargée. Plus dépouillée. Plus soft. Plus artistique. L’enquêteur, muni du même ordre de mission, arrive dans le même bureau, mais n’y trouve plus sa poubelle. Et donc, forcément, n’y trouve pas non plus les anciens rapports hachés menus. L’affaire alors se corse. Qui a dérobé la poubelle ? Une poubelle ne peut pas ainsi disparaître. Et la loi, même si elle est peu connue, n’oblige pas à déclencher le plan «disparition» ou à mettre en branle l’alerte «enlèvement» ou à enclencher le dispositif «Delphine» dans ce cas précis, celui de la disparition d’une poubelle. Nous sommes alors devant le vrai niveau zéro. Une variante dont l’Algérie est très fière, car n’étant pas du tout étrangère à sa création. Et comme l’Algérie est un pays plein de ressources, pas seulement minières d’ailleurs, on pourrait penser qu’elle ne s’enorgueillit que de ce zéro-là qui lui est tellement spécifique. Re-erreur ! Car sous le coude, bien caché, hyper sécurisé, l’Algérie dispose d’un autre zéro. Eh oui ! Dans cette version non encore connue du large public, l’enquêteur n’a même pas le temps de vérifier que la poubelle dans son bureau a disparu. En fait, il n’arrive jamais au bureau. Des gens jurent qu’ils l’ont aperçu fumant du thé quelque part, pour rester éveillé à ce cauchemar qui continue. Quels gens ? Je n’en sais rien ! Et de toutes les façons, je le saurai que je ne vous le dirai pas. Je n’ai pas envie de terminer dans une poubelle !
H. L

Nombre de lecture : 1

Dernier sondage 
Pensez-vous que le dernier remaniement va donner un nouveau souffle au gouvernement Sellal ?
Oui : 12,46%
Non : 84,35%
Sans opinion : 3,20%

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site