Mercredi 7 mai 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Auto
Culture
Contribution
Tendances
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Actualités : Le Bonjour du «Soir»
Un digne fils de la Casbah


Par Maâmar Farah
Ce message, émanant de Mourad K., m'a ému. J'en livre ici de larges extraits. Sans commentaires.
«Bonjour Monsieur Farah,
Je ne peux m'empêcher de lire chaque matin votre billet si bien placé en première page du quotidien le Soir d'Algérie. Je voudrais donc vous témoigner mon respect et ma profonde admiration pour les réflexions émouvantes dont vous nous gratifiez, et j'avoue que souvent j'ai les larmes aux yeux en vous lisant, je pleure pour mon pays (...)
J'ai 40 ans, fils d'Alger, fils d'un couple merveilleux de la Casbah, torturés par les soldats des sanguinaires Bigeard et Massu, petit-fils d'un boucher du marché Meissonier qui a légué toute sa fortune pour la réussite de la révolution algérienne et qui se retrouve aujourd'hui retranché à 99 ans dans un petit studio près de la mosquée Ketchaoua, et arrière-petit-fils d'un marchand de légumes de Djamaâ l'Ihoud. Bon nombre de ma famille, que Dieu ait leur âme, ont payé de leurs vies pour ce pays, sans chercher célébrité ni fortune,...ils doivent se retourner dans leurs tombes, Allah yarhamhoum (...)
On nous a réduits à une sorte de vieux malades qui les regardent, avec la sérénité des mourants, faire leur cirque. Alors dites-moi Monsieur Farah, ou plutôt khouya Maâmar, quand est-ce qu'ils vont nous lâcher... ??? Qu'ils partent ailleurs profiter des sous qu'ils ont pillés et qu'ils s’empiffrent loin de nos yeux...»
[email protected]

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site