Mercredi 14 mai 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Le Soir Auto
Culture
Société
Contribution
Tendances
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Chronique du jour : Tendances
Rien de nouveau à l’Ouest


Youcef Merahi
[email protected]

J’aurais aimé chroniquer sur la tectonique de la politique nationale qui, à des degrés divers, tente de créer un écran de fumée démocratique. Je voudrais bien dire un mot sur ce nouveau gouvernement qui, après l’élection présidentielle au score digne du régime soviétique, s’installe pour appliquer sur le terrain du vécu algérien la politique du Président. Il n’y a rien de nouveau à l’Ouest : on prend les mêmes et on recommence, pour le même Président. Sellal revient en grande pompe, Benyounès s’occupe du commerce. Baba Ahmed s’en va, dur morceau le secteur de l’éducation nationale. Rémaoun arrive d’Oran, on ne lui a pas fait un cadeau, sincèrement. Là n’est pas le propos. Sauvons les apparences, le reste relève du miracle. Et le projet de la Constitution pointe son nez, à nouveau. Consensuel, dit-on. Pas si sûr ! Je n’ai pas encore vu une Constitution de cette nature, chez nous. De celle du Majestic à celle du quatrième mandat. La jeunesse ne voit rien venir, le témoin ne bouge pas d’un iota. Ah si, il y a un ministre de la Jeunesse. Ouais, comme je vous le dis. Et la jeunesse persiste à traîner ses guêtres sur les trottoirs d’une attente à flanc de leurre : attente d’un job, attente de l’Ansej, attente d’un visa, attente du mariage, attente de la Coupe du monde, attente du sacre de l’USMA. Cette attente rappelle l’éternité, en pied de cigogne. Je crois que nous avons un ministre de 34 ans. Oui ? J’aurais aimé que ce soit notre Président qui ait cet âge, juste pour l’audace du rêve. Ce n’est pas le cas, malheureusement. Ça doit se trouver un présidentiable de cet âge, non ? Il en existe ailleurs. Pourquoi pas chez nous. On dit que l’Algérie est jeune. C’est vrai ! Sauf que cette jeunesse n’a pas son destin en main. Tiens, j’ai appris que Messahel, le doyen des ministres (?), a repris les affaires africaines. Retour aux sources. Pourquoi pas ? Grine occupe le fauteuil du ministère de la Communication. Pourquoi pas ? On ne lui a pas fait de cadeau à Hamid. Oh que non ! Il sait de quoi je parle. Journaux publics, journaux privés. Publicité quand tu nous tiens ! Comment harmoniser un secteur qui échappe à l’appréciation du ministre. Qui relève directement de la présidence. Ah, je voudrais signaler au nouveau ministre l’absence d’un journal en tamazight, sur fond public, à l’instar des journaux publics, financés par nos deniers. El-Moudjahid, Horizons, Ec-Chaâb… Point de journal public dans la langue de Si Mohand ! Nonobstant tous les aléas de ce secteur, je dis à Grine : chiche, s’il arrive à mettre sur pied un journal (quotidien, hebdo, mensuel, annuel) en tamazight, alors il aura réussi sa mission de ministre. Mieux encore, il entrera dans l’histoire de ce pays, par la grande porte. Ce journal est attendu par tous les Amazighs algériens, et au-delà, depuis des décennies.Les moyens existent, les hommes aussi. A vous de forcer la décision politique ! Tout le reste relèvera de la littérature, Hamid.
On vient nous vendre une nouvelle Constitution. C’est de bonne guerre. Il paraît que c’est une promesse électorale. Oui, pas n’importe quelle Constitution ! Une consensuelle de consensuel. Je suis tenté de prendre mon vieux Larousse, pour réinterpréter la définition du consensus. Je veux bien faire cet effort, mais je ne le ferai pas. Je fais assez d’effort comme ça, afin de définir, d’aborder les contours d’une approche, un semblant d’explication, une tentative de compréhension, les tenants et les aboutissants de la réalité algérienne. Un vieux Larousse n’y suffira pas. Ni les études de sciences-po. Ni l’ENA. Les fils sont tellement entremêlés, que l’entrée se confond avec la sortie. Autant dire qu’il n’y a ni queue ni tête. Un paquet de corde, comme un serpent à sonnette acculé à la défensive. Notre mère des lois risque de prendre les contours d’une marâtre. D’une vieille mégère. Acariâtre. Indigeste. Alors, une constitution consensuelle, vous pensez bien. Un consensus, avec qui ? Entre qui et qui ? Le consensus attendu est bouffé par le score électoral. Achhal déjà ? Wallah, je ne veux pas même m’en souvenir. Il y a, comme ça, des souvenirs qui forment, dans mon estomac, une boule qui annonce une dépression à venir. Allez comprendre quelque chose : tout le monde a été disqualifié par le régime en place (de Zéroual à Hamrouche, en passant par les partis politiques dits du boycott) qui cherche, maintenant qu’il a renforcé son pouvoir, à prendre langue avec les vingt pour cent restants. Que nenni ! «Lli darha bidou, ifoukha bessnanou», ceci pour rester toujours en Algérie. Faites votre constitution, Messieurs, et laissez-nous rendre notre impuissance rageuse !
J’ai cru comprendre que certains pontes du FIS refont surface. Il fallait s’y attendre. Je n’ai jamais cru qu’ils étaient désormais hors-jeu. Ils ont juste fait le dos rond, en attendant que passe le vent de sable. Ce vent qu’ils ont eux-mêmes semé. Ça a donné la tempête sanglante des années 1990. Le peuple, lui, s’en rappelle. Alger quadrillée. Campagne dépeuplée. Voitures piégées. Egorgements. Faux barrages. Mahchoucha. Habhab. La yadjouz. Mairie islamique. Djaout. Alloula. Sebti. Le policier en faction. Les appelés du service national. Les journalistes. Paix à ton âme, Dhorban ! Ces pontes du FIS qui reprennent de l’air, invités par des partis politiques, bon chic bon genre, ont-ils un jour condamné la violence qu’ils ont provoquée ? Ni les uns, ni les autres. Ils n’ont rien dit. Ils voulaient le pouvoir, c’est tout ! Par tous les moyens. Ils ont déjà utilisé la démocratie pour arriver à leurs fins. Et maintenant, ils veulent rééditer leur coup. La ficelle est trop grosse. On ne peut être démocrate qu’avec un démocrate. Point de démocratie avec les fachos. L’islam est innocent des crimes commis en son nom. Il faut le comprendre. Il faut le dire. De grâce, messieurs les responsables politiques, ne faites pas injure à l’Algérie, en tendant la main à ceux qui ont fait couler son sang. Ne semez pas, de nouveau, la peur dans nos esprits. Laissez ces gens-là à l’oubli de l’oubli et aux soubresauts de leur conscience !
Je n’avais pas l’intention d’en dire autant. Je suis dégoûté de la chose politique. Je ne vois rien de nouveau poindre à l’horizon de l’Algérie. Distribuez les logements avant le Ramadhan. Rafistolez l’autoroute. Officialisez le crédit à la consommation, en direction de la production nationale. Laquelle ? Démultipliez les wilayas. Rapprochez l’administration des administrés (voilà un slogan des années 1970). N’oubliez pas l’augmentation pour les retraités. Ah, vous avez promis un service national symbolique, je vous propose quarante-cinq jours, juste pour la formation commune de base. Au fait, que devient la ville nouvelle de Boughezoul ? Un mirage des Hauts-Plateaux ! Il faut penser, aussi, à l’importation de la viande pour le Ramadhan à venir.
Du Venezuela. De l’Inde. Du Brésil. La viande française peut faire l’affaire, aussi. Pour le s’hour, il faut importer du raisin sec. Ah, j’y tiens ! Du petit-lait, je veux bien. Pour ce mois sacré, il est nécessaire de ne pas oublier les pois chiches pour la chorba, ça ouvre l’appétit. Il faut surtout beaucoup de fric, je parle des sous. L’autre «fric», on peut se le faire envoyer de Guelma. L’appétit vient en mangeant, c’est ce qui s’est passé avec cette chronique. Pour le reste, il n’y a rien de nouveau à l’Ouest !
Y. M.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site