Jeudi 15 mai 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Les choses de la vie  
Ce monde qui bouge
Entretien
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Actualités : Mouvement Barakat
Des militants et membres fondateurs se démarquent des consultations politiques


Militants, sympathisants, et membres fondateurs de BARAKAT haussent le ton pour «dénoncer fermement les consultations engagées par un groupuscule de personnes au nom du mouvement, avec un certain nombre de partis politique».

Mehdi Mehenni - Alger (Le Soir)
Dans un communiqué rendu hier public et signé par 18 militants et membres fondateurs de BARAKAT, le caractère «purement citoyen et non partisan du mouvement», a été mis au devant. Ils soulignent, en effet, que «c’est avec une grande stupéfaction qu’ils ont appris que des consultations ont été engagées avec des partis et personnalités politiques et ce à leurs insu».
Une démarche qu’ils qualifient d’«incompréhensible et douteuse» et qu’ils affirment «largement contestée par la majorité des membres de l’assemblée générale de Barakat».
Les signataires du communiqué précise aussi que «cette initiative lancée par quelques personnes qui ne représentent qu’elles mêmes, s’inscrit en porte à faux avec les idéaux, le texte fondateur et notamment la déclaration politique de Barakat, rendue publique le 14 avril 2014, à Alger».
Jugeant la situation grave, ils assurent ne jamais «se permettre de décevoir l’engagement et le sursaut de dignité de ces milliers d’Algériens qui ont dit NON à une présidence à vie, à une mascarade électorale dont l’issue était scellée d’avance». Ils rappellent aussi et encore une fois «nous avons dit et nous continuons à dire NON au système, à ses homme et à ses méthodes. Ce n’est donc pas aujourd’hui que nous allons trahir la confiance que les Algériens ont placé en nous, en négociant avec les satellites du pouvoir. Ces mêmes partis politiques qui ont à un moment ou à un autre pactiser avec le système». Toujours dans la même lancée, ils persistent et signent : «L’équation est plutôt simple : comme nous rejetons ce même système nous ne pouvons nous inscrire en droite ligne avec ses courtisans. Le peuple algérien a eu par le passé à souffrir de la trahison d’une fausse opposition au point de ne plus croire à aucune démarche engageant le changement. S’il y a eu exception faite à Barakat, compte tenu de son caractère purement citoyen et non partisan, nous n’avons point l’intention de décevoir en négociant avec les faux opposants qui ont abusé de la confiance des algériens pour gravir les échelons et gouter aux délices des privilèges du pouvoir». Enfin et par souci d’être plus explicite, ils attestent que c’est «pour qu’il n’y ait pas de nouveaux Khalida et Amara au nom de Barakat», qu’ils refusent ce genre de rapprochements. Contacté, Idir Tazerout, militant et membre fondateur du mouvement Barakat conclu : «Nous allons désormais nous inscrire comme il a toujours été le cas dans des actions de rue plutôt que d’aller prendre des photos de famille avec les chefs de partis et personnalités politiques».
M. M.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site