Dimanche 18 mai 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Contribution
Ici mieux que là-bas
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Actualités : Louisa Hanoune
Un référendum pour la Constitution


La porte-parole du Parti des travailleurs, candidate malheureuse du dernier scrutin présidentiel, Louisa Hanoune, a affirmé hier à Sétif, lors d’un regroupement régional avec ses militants, que le président de la République ne doit en aucun cas occulter la souveraineté du peuple quant à la révision de la Constitution.
«Le Parti des travailleurs ne s’oppose pas à la démarche prônée par le président de la République de consulter les partis et les personnalités politiques concernant la révision de la Constitution, mais nous estimons que la souveraineté doit revenir au peuple par le biais d’un référendum. Les actuelles Chambres (APN et sénat) issues de la fraude de 2012, n’ont aucune légitimité pour débattre de ce sujet. Nous ne sommes ni dans une situation révolutionnaire, ni encore moins prérévolutionnaire, alors le président de la République doit donner la parole au peuple. Aussi nous voulons une réforme de la Constitution et non pas juste une révision, qui ne peut changer la nature des institutions», a-t-elle affirmé.
Concernant les propositions contenues dans la mouture de la nouvelle Constitution, Louisa Hanoune s’est dit satisfaite par ce projet tout en apportant quelques suggestions qui espère-t-elle seront prises en considération dans la nouvelle Constitution. «Nous avons proposé que la dilapidation et les détournements des fonds publics servant des intérêts étrangers soient considérés comme de la haute trahison. En ce qui concerne la représentativité du peuple, nous estimons qu’une seule Chambre des représentants du peuple est suffisante». La secrétaire générale du Parti des travailleurs a exhorté le président de la République de tenir ses engagements et promesses faits au peuple durant la campagne présidentielle et de les appliquer sur le terrain dans les plus brefs délais. «La balle est dans le camp du président. C’est à lui d’opérer les changements bénéfiques et utiles au peuple afin d’éviter le statu quo qui pourrait être dévastateur pour la Nation. Nous étions ravis de l’abrogation de l’article 87 bis qui demeure un acquis indéniable pour des milliers de travailleurs, mais pourquoi attendre la loi de finances de 2015 pour son exécution. Pourquoi ne pas l’appliquer rapidement avec la loi de finances complémentaire et qui pourra être étudié par l’Assemblée nationale au mois de juin prochain», s’est-elle interrogée.
Enfourchant son cheval de bataille, Louisa Hanoune s’est encore une fois attaquée à l’adhésion de notre pays à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) : «Le nouveau ministre du Commerce tient le même langage que son prédécesseur. Il est en train d’accélérer l’adhésion de l’Algérie à l’OMC. Ce ministre pense qu’il est détenteur d’une procuration pour finaliser cette démarche essentielle et prioritaire. Mais cette adhésion sera une catastrophe et un suicide pour l’Algérie. Nous rejoignons notre voix à celle d’Abdelmadjid Sidi Saïd, secrétaire général de l’UGTA qui avait déclaré son refus à l’adhésion de l’Algérie à l’OMC, et cela n’est ni un objectif, ni une obsession. Le patron de la Centrale syndicale s’est aussi interrogé sur l’intérêt de notre pays avec l’Union européenne.
Au Parti des travailleurs, nous sommes du même avis que lui. Avant tout, nous devons élargir l’application de la règle du 51/49 et récupérer nos unités de productions et usines détenues par des sociétés étrangères telles que l’ENGI, et aussi restaurer notre souveraineté sur le port d’Alger dont 50% des parts sont détenus par une société de Dubai.» Dira-t-elle. A la fin, Louisa Hanoune a dénoncé fermement la campagne de dénigrement qui vise la nouvelle ministre de l’Education nationale, Mme Nouria Benghebrit. «Je dénonce fermement cette campagne de dénigrement qui touche une femme ayant servi dignement son pays. Cette campagne est l’œuvre de gens misogynes. Nous espérons que la nouvelle responsable du secteur parviendra à appliquer sérieusement sur le terrain les réformes consignées dans le rapport de refonte du système éducatif initié par la commission Benzaghou», a-t-elle conclu.
Imed Sellami

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site