Jeudi 5 juin 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Société
Contribution
Les choses de la vie  
Ce monde qui bouge
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Chronique du jour : CE MONDE QUI BOUGE
Le cas Mehdi Nemmouche et l’attentat de Bruxelles


Par Hassane Zerrouky
Mehdi Nemmouche, soupçonné d’être l’auteur de la tuerie du Musée juif de Belgique à Bruxelles le 24 mai dernier, fait encore l’actualité.
Ancien délinquant multirécidiviste, condamné au moins à cinq reprises entre 2004 et 2009, ce jeune, né le 17 avril 1985 à Roubaix, est sorti libre de prison le 4 décembre 2012. C’est durant son séjour en prison, au contact de détenus islamistes salafistes qu’il s’est radicalisé, expliquent plusieurs témoins. Quatre semaines après sa sortie de prison, le 31 décembre, il part en Syrie combattre dans les rangs de l’Etat islamique d’Irak et du Levant (EIIL). Il y restera une année, se rend ensuite en Turquie puis en Malaisie, en passant par la Thaïlande et Singapour, avant de revenir en Europe via Frankfurt. L’homme a donc beaucoup voyagé et était, assurent plusieurs médias citant les services de renseignement français, suivi à la trace.
Si on ignore les raisons pour lesquelles Nemmouche n’a pas été interpellé en temps voulu, son cas, qui n’est pas unique mais révélateur d’un phénomène ayant pris de l’ampleur, soulève d’autres interrogations. Ainsi, pourquoi, malgré les appels au secours des familles dont les enfants sont embrigadés pour aller s’exploser en Syrie, les autorités françaises, belges, britanniques,... ne sont-elles pas intervenues à temps ? Pourquoi ont-elles laissé partir ces jeunes, dont certains âgés à peine de 15 ans, en Syrie ? Pourquoi ne
s’en sont-elles pas inquiétées ?
Bien qu’on ne dispose pas de réponses adéquates à de vraies questions, on serait tenté de se laisser guider par le bon sens et d’écrire que si Nemmouche et des centaines d’autres jeunes sont partis combattre le régime syrien, considéré par les capitales occidentales comme un ennemi déclaré de l’Occident capitaliste, de surcroît, allié de la Russie et de l’Iran, et bien c’est parce que la France, étant en première ligne contre le régime de Bachar et ses alliés, a choisi de fermer les yeux. Et rien ne dit que par leur silence, les puissances occidentales n’ont pas encouragé en sous-main ces départs massifs de jeunes en Syrie. Autre observation de bon sens : si la Syrie de Bachar avait accepté, à l’instar de l’Arabie Saoudite et du Qatar, qui ne sont pas des modèles de démocratie, de se mettre sous la coupe de Washington, de prendre ses distances avec l’Iran et la Russie comme le suggérait Nicolas Sarkozy à Bachar al-Assad du temps où ils étaient «amis-amis», le régime syrien aurait été soutenu jusque dans sa politique répressive envers son peuple. A-t-on entendu un jour la Maison Blanche, l’Elysée, protester contre l’absence totale de liberté et de démocratie, la répression et la prison envers les opposants en Arabie Saoudite et dans les pays du Golfe comme ils le font envers l’Iran ?
Aujourd’hui, les dirigeants occidentaux et les médias, qui relaient et justifient complaisamment leur politique anti-Bachar quand ils n’appellent pas ouvertement à l’intervention militaire en Syrie, font mine de découvrir que «les combattants de la liberté» de l’EIIL et de Djebhet al-Nosra comme les nomme un certain BHL, sont antisémites ! Allons donc, ils ne le savaient pas ? Ils ne savaient pas qu’un jour ils allaient retourner leurs armes contre eux ? Mais enfin, il faut être logique et conséquent avec soi-même : on ne peut pas d’un côté taire les crimes de ces djihadistes quand ils sont commis en Syrie contre leurs propres frères et s’indigner quand ils commettent un attentat antisémite ! Les djihadistes sont antisémites, antidémocrates, anti-modernistes, point barre !
Bien sûr que le régime de Bachar n’est pas un modèle de démocratie et de vertu humaniste. Bien sûr qu’il réprime à coups de canon toute expression démocratique, allant jusqu’à organiser, à l’ombre des baïonnettes, un simulacre d’élection présidentielle. Mais est-ce une raison pour construire comme le font de nombreux médias occidentaux, par leurs écrits à sens unique, sans discernement, sur la situation syrienne via une vision manichéenne, le mythe d’une résistance «démocratique» au régime de Bachar, où les bons «guerriers» sont forcément les islamistes et leurs alliés, et les mauvais les soudards de Bachar al Assad. Or, dans le contexte de la guerre civile qui se poursuit, les crimes et exécutions extra-judiciaires sont commis par tous les protagonistes du conflit.
H. Z.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site