Mardi 17 juin 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Retraite
Culture
Monde
Contribution
A fonds perdus
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Actualités : Assises nationales de la santé
Une loi sanitaire en élaboration et des attentes


Les attentes sont grandes concernant les assises de la santé qui ont débuté hier au Club-des-Pins avec comme objectif l’élaboration de la nouvelle loi sanitaire. Ceci d’autant que les recommandations des dernières rencontres sont restées lettre morte. Pour Abdelmalek Sellal, présent à l’ouverture de la rencontre, la problématique du secteur «n’est pas une question de finances mais plutôt une question de gestion.». Les professionnels en attente eux, d’un changement de fond et d’un message politique allant dans ce sens sont restés néanmoins sur leur faim.

F.-Zohra B. Alger (Le Soir)
«Nous dépensons et finançons actuellement le secteur de la santé mais le résultat n’est pas au niveau attendu, nous ne ferons pas donc marche arrière s’agissant des questions de santé», a déclaré Abdelmalek Sellal.
Le Premier ministre a aussi appelé à une complémentarité entre le secteur public et privé. «Il faut une large concertation et un consensus autour des assises prêt à être appliqué. Nous défendrons les résultats des assises devant les parlementaires», a assuré Abdelmalek Sellal. Pour le Premier ministre, la problématique du secteur de la santé est directement liée à la planification et à la vision, a noté Abdelmalek Sellal. Ce dernier évoquera à plusieurs reprises la notion de justice sociale concernant l’accès aux soins.
Le Premier ministre a aussi évoqué les défis à relever et qui concernent la prise en charge des maladies chroniques, la prévention contre les phénomènes pathologiques nouveaux et l’amélioration du service public de la santé. Pour le premier ministre aussi le regard sur le secteur privé doit changer, ce secteur devant être considéré selon lui comme un partenaire du système national de santé. Abdelmalek sellal mettra par ailleurs l’accent sur la gestion notant que le système de Santé n’est pas une question de finances et de dépenses mais plutôt une question d’organisation.
Evoquant des lacunes, le premier ministre dira que ce volet doit être maitrisé «pour que le service public de santé soit le même dans toutes les régions du pays». Abdelmalek sellal a déclaré que les efforts financiers seront poursuivis en faveur du secteur, notant que les recommandations des assises seront prises en considération et appliquées sur le terrain. Les principaux acteurs du secteur de la santé se réunissent l’espace de deux journées pour se pencher sur l’élaboration de la nouvelle loi sanitaire. La rencontre fait suite aux assises régionales tenues au cours des dernières semaines. Hier et en présence du Premier ministre et des représentants du gouvernement, les participants aux assises ont commencé des travaux d’ateliers avec comme objectif de sortir avec des propositions et des recommandations. Pour sa part le ministre de la Santé a précisé qu’il s’agissait d’arriver à des recommandations pour un secteur particulièrement sensible. «Il n’est plus possible de gérer ce secteur par un cadre juridique qui freine sa gestion, a déclaré le ministre, notant que «les textes de gestion des établissements freinent le gestionnaire, le freinent par la bureaucratie et compliquent son travail.» Le ministre a aussi insisté sur la nécessité d’une carte sanitaire qui définit les responsabilités comme il signalera «un secteur du médicament et du produit pharmaceutique non maîtrisé par l’absence d’introduction de techniques modernes.»
F.-Z.B.

Dr Charaoui, président du Conseil de l’ordre des chirurgiens-dentistes :
«Nous devons avoir notre place dans l’échiquier médical»
Pour le docteur Charaoui, les assises sont attendues depuis longtemps par les professionnels qui selon lui espèrent un changement sur le plan médical. «Il faut que cette spécialité ait sa véritable place dans l’échiquier médical. La bouche est ainsi le point de départ de nombreuses pathologies. Si nous soignons le bucco-dentaire nous éviterons beaucoup de maladies
«A assuré le spécialiste. Pour ce dernier, il devrait aussi y avoir un changement d’appellation pour la spécialité et passer à docteur en médecine dentaire.
F.-Z.B.

M. Benhamdine, président de la Société algérienne de pharmacie :
«L’agence nationale des produits pharmaceutiques doit être créée»
M. Benhamdine dira apprécier la concertation engagée dans le cadre des assises de la santé. «Il était temps de nous réunir et de se concerter mais nous espérons des suites a ces assises» A déclaré M. Benhamdine.
Pour ce dernier la création de l’agence nationale des produits pharmaceutiques est une urgence. Selon lui, la loi doit être modifiée pour que l’Agence soit mise sur pied et que les textes d’application mis en place. «La loi est bloquée» a-t-il précisé. Il dira aussi espérer l’application des recommandations des assises «d’autant que beaucoup de temps a été perdu depuis les années 86 et 2008.

Dr Yousfi, président du SNPSSP :
«Y a-t-il une volonté politique de changement ?»
Selon le docteur Yousfi président du Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (SNPSSP), les spécialistes attendent ces assises depuis 16 années. «Nous nous demandons en fait s’il y’a une volonté politique de changement. Nous avions toujours dit qu’il n’y avait pas de volonté d’engagement politique dans le secteur de la Santé.» A déclaré le docteur Yousfi précisant qu’il faudrait que le gouvernement mette la Santé parmi les priorités à prendre en charge. Selon le docteur Yousfi, le meilleur exemple de l’instabilité du secteur est relatif à la nomination de huit ministres en l’espace de dix années. «La nouvelle loi sanitaire est une priorité mais elle n’aura pas d’impact s’il n’y a pas une volonté politique de changement» a souligné l’intervenant. Un message fort et clair doit être donné de la part des décideurs», a déclaré le docteur Yousfi.

Dr Lotfi Benbahmed, président du Conseil de l’ordre des pharmaciens :
«Nous devons axer notre travail sur le patient»
Intervenant hier en marge des assises nationales de la Santé, le docteur Benbahmed a assuré adhérer à la démarche de la rencontre, d’autant que la loi 85-05 est largement dépassée rappelle-t-il.
«Nous devons anticiper, réviser et agir selon la situation de notre pays. Le pharmacien doit aussi axer son travail sur le suivi du patient, il ne doit pas seulement être l’homme du médicament. 
A assuré le docteur Benbahmed, notant que le pharmacien doit suivre le malade dans son parcours thérapeutique. «Nous voulons intégrer cette vision dans la nouvelle loi sanitaire et mettre en place les bonne pratiques de cette fonction.
La traçabilité de la responsabilité du pharmacien doit aussi être mise en évidence selon l’intervenant. Selon lui aussi dans la nouvelle loi els ordres doivent être séparés comme il suggérera la présence d’un magistrat au niveau des conseils de discipline. Pour le docteur Benbahmed aussi, il est fondamental de développer les corps d’inspection puisque selon lui il n’existe actuellement que deux inspecteurs a accomplir leur mission sur le terrain.
F.-Z.B.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site