Mardi 17 juin 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Retraite
Culture
Monde
Contribution
A fonds perdus
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Actualités : RÉSOLUTION DE LA CRISE MALIENNE
Poursuite à Alger des réunions exploratoires


Le gouvernement algérien poursuit ses actions pour parvenir à instaurer un cadre de négociations directes entre le gouvernement malien et les groupes rebelles de l’Azawad. Hier, Alger a accueilli la 3e session de la réunion les ministres des Affaires étrangères des pays du Sahel. Cette rencontre intervient au lendemain de la 4e session du comité bilatéral stratégique algéro-malien sur le Nord-Mali.
Tarek Hafid - Alger (Le Soir)
Après les accords signés par les principaux groupes rebelles de l’Azawad, les discussions autour de la crise malienne se sont élargies, hier, aux pays du Sahel. Alger a accueilli la 3e session de la réunion des ministres représentant les gouvernements de l’Algérie, du Mali, du Burkina Faso, du Niger et de la Mauritanie. Pierre Bouyaya, haut représentant de l’Union africaine, et Albert Gérard Koenders, représentant personnel du secrétaire général de l’ONU et chef de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma), ont également participé à cette rencontre. Présidant la séance, le ministre algérien des Affaires étrangères a rappelé les principes du cadre de négociations mis en place par le gouvernement algérien en partenariat avec l’ensemble des parties. «Ces réunions, qui se déroulent en cercles concentriques, visent à permettre aux parties maliennes d’entrer de plain pied dans le dialogue inclusif intermalien. Nous avons mis en place un schéma consensuel de sortie de crise dans le cadre de l’intégrité territoriale du Mali», a indiqué Ramtane Lamamra à l’ouverture de cette session. Le ministre des Affaires étrangères estime que «l’adhésion générale» est un signe fort pour un «nouveau départ et une avancée significative vers la paix et la réconciliation nationale». Il a notamment fait état de la «très forte volonté» des responsables des organisations rebelles de l’Azawad de travailler dans l’objectif d’une résolution de la crise. Une volonté affichée également par le ministre malien des Affaires étrangères lors de son intervention. «Je réitère l’engagement du Président Ibrahim Boubacar Keïta pour faire avancer le processus de paix, le dialogue et la réconciliation intermalienne à l’effet d’aboutir dans les meilleurs délais à un accord de paix durable», a souligné Abdoulyae Diop. «Nous félicitons l’Algérie pour le travail mené et qui a permis de rassembler l’ensemble des acteurs. Ces actions de l’Algérie envers le Mali ne sont pas nouvelles car nous avons toujours bénéficié de l’appui constant ce pays», a-t-il ajouté. Le ministre malien a également insisté sur la nécessité d’une implication plus active de la communauté internationale pour lutter contre le terrorisme. Il a rappelé à ce titre la récente attaque terroriste contre une unité de la Minusma à Aguelhok qui a causé la mort de 4 soldats tchadiens. Pour sa part, le chef Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) a également axé son intervention sur «l’application de l’accord de Ouagadougou». Le texte, signé en juin 2013 entre le gouvernement malien et les représentants des communautés de l’Azawad, est actuellement rejeté par les groupes rebelles suite aux offensives de l’armée malienne contre la région de Kidal. Notons que cette réunion intervient 24 h après la tenue du comité bilatéral stratégique algéro-malien sur le Nord-Mali. Le communiqué final indique que la partie malienne «a exprimé sa haute appréciation» au sujet de l’adoption par les six mouvements rebelles de la déclaration et de la plateforme préliminaire d’Alger. Ces actions «constituent une base effective et constructive pour le lancement rapide, à Alger, de la phase initiale du dialogue intermalien inclusif». Un document qui confirme que l’Algérie garde le contrôle du processus de règlement de la crise au Nord-Mali.
T. H.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site