Samedi 21 juin 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Monde
Contribution
Lettre de province
Soirmagazine
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Personnalité nationale, un label taché de sang !

Par Hakim Laâlam  
Email : [email protected]
Crise du logement. Elle atteint son paroxysme chez
les Algériens. Ils peuvent vivre à …

…11 dans une cage de but !

«Tu radotes ! Le FIS ne reviendra jamais ! Bouteflika joue sur les peurs collectives.» Les amis qui me susurrent ces aimables éclairages à l’oreille se trompent lourdement. Je ne suis plus du tout inquiet sur les pourcentages de «chances» de retour du FIS ou de son clone sur la scène publique. J’ai ma petite idée là-dessus. Et je n’ai pas pour habitude de forcer les gens à admettre mes idées. Non ! Pour moi, il y a une avancée plus grave de l’islamisme politique et militaire qu’à travers la seule réhabilitation du FIS. Il y a cette vidéo de quelques secondes, un court extrait du JT de l’ENTV montrant le tête-à-tête entre Ouyahia et Madani Mezrag. L’idée même qu’une telle rencontre ait pu avoir lieu en un site officiel de la République algérienne me pose un problème existentiel par rapport à cette chronique, à la pratique du billet en page 24 du Soir. Madani Mezrag reçu comme personnalité nationale dans le Palais d’une RADP plusieurs fois attaquée par ce personnage, ciblée directement dans ces démembrements institutionnels, civils et militaires, que faut-il de plus pour vous réveiller ? Vous déguiser en Calaisiens habillés de sacs de jute, portant sur des coussins les clés de vos villes et les remettant à ce sinistre «chef de guerre» ? Madani Mezrag sur un fauteuil aux dorures à chier, que vous faut-il de plus pour vous rendre compte de ce qui se passe ? Sommes-nous tous devenus sourds ? Sommes-nous atteints collectivement de cécité ? M’enfin ! Ne voyons-nous pas que les intégristes n’ont même plus besoin de faire revenir le FIS, puisque c’est son bras armé qui est devenu personnalité nationale et interlocuteur politique ? Et les amis qui me soufflent encore dans les oreilles «le FIS ne reviendra pas !» La belle affaire ! Mais je m’en fous maintenant que le FIS revienne ou pas. L’AIS est revenue. Les groupes armés sont dans le palais. Les tangos boivent le thé et mangent les petits-fours au cœur même du lieu symbole de la République. Et tu me bassines sur les chances du FIS de revenir ou pas ! C’est comme si je venais d’être piqué par un serpent cobra et que tu tentes de me sauver en me faisant avaler un cachet de paracétamol ! Kif-kif ! Le retour du FIS n’est même plus d’actualité ! Sujet dépassé, réchauffé et devenu presque ringard. Dans l’ordre du mérite, l’AIS et le GIA sont passés devant le FIS ! Et dans les fastes du Palais, les oreilles ne tintent même plus lorsque le chambellan annonce l’arrivée de Mezrag et qu’en face de lui un «éradicateur Taïwan» lui tend café, thé et sourires. Voilà où on en est ! En attendant plus, car il va y avoir plus, faute de résistances. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 1

Dernier sondage 
Pensez-vous que le Cnes assume encore sa mission d’expertise économique et sociale ?
Oui : 3,77%
Non : 92,05%
Sans opinion : 4,18%

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site