Samedi 5 juillet 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le soir numérique et satellite
Lettre de province
Soirmagazine
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Guerre au sommet !

Par Hakim Laâlam  
Email : [email protected]
Aujourd'hui, c'est le 5 juillet, fête de l'Indépendance. A
quoi je vois ça ? Ben...

... au calendrier !

Je ne vois pas d'autre explication! Ce doit être la grand barouf là-haut dans le Palais. Jusque-là, les clans se livraient une lutte féroce. Ça avait l'avantage de la clarté. Il y avait le Palais. Et les autres, à la périphérie de la grande bâtisse. Et puis on savait que le clan du Palais faisait bloc, qu'il se dégageait de sa position une force entièrement basée sur son unité, sur sa manière de monter au donjon et de balancer de l'huile et du goudron brûlants sur le moindre assaillant. Rien d'extraordinaire. Que du vécu et du connu. Mais là, depuis quelques heures, les choses semblent s'être déglinguées. Un machin totalement inédit est venu chambouler le rapport de force, fragiliser la forteresse et présager de lendemains vachement incertains. Pas un petit machin, un truc de pacotille comme la loi sur les hydrocarbures, la question du gaz de schiste, la réforme de la Constitution, la largeur du sourire de H'Mimed recevant des Afghans pour discuter du futur Patchoun de l'Algérie, ou encore de la rentrée sociale de septembre et de la manière fort artistique de Khouya Madjid de jouer de la flûte enchantée avec un thermomètre magique. Non! Rien de tout celà. Ce ne sont là que des sujets secondaires, voire dans le cas de Madjid, tertiaires. En vérité, le sujet qui a mis le feu aux poudres, qui a littéralement dynamité la baraque s'est invité de manière presque anodine, banale et limite anecdotique. Le chef, le parrain, le raïs, le châtelain a prononcé un oracle. Abdekka a dit dans son micro et son micro nous a transmis, répété ceci : «Je veux que Coach Vahid poursuive sa mission à la tête des Verts. Hadj Raouraoua, je vous ordonne de reconduire son contrat !» Tu vois, le genre de situations comme nous en avons vécu des tonnes depuis près de vingt ans avec Boutef'. Il arrive, il ordonne, et tout le monde dans le Palais s'exécute. Sauf que là, les choses viennent de déraper grave. El Hadj n'en a fait qu'à sa tête. Il a confirmé son choix de Monsieur Gourcuff ! Et Vahid a fait ses valises, direction Le Bosphore où il se trouvera sûrement d'autres têtes de Turc à malmener. Je dois bien vous l'avouer, ce n'est pas l'avenir du Bosnien qui me préoccupe aujourd'hui, mais bien plutôt celui de mon pays. Qui a empêché Abdekka de réaliser son caprice de convalescent sur le long terme, garder Vahid? Qui est assez puissant pour s'interposer entre le châtelain et la reconduction banale d'un entaîneur ? Mystère ! Les services ? Toufik ? Peu probable ! Saâdani serait déjà monté au créneau, casquette aux couleurs des verts vissée sur la tête et trémolos dans la voix pour appeler à défendre les chevauchées de Slimani contre les manœuvres du DRS. Là, rien! Amar n'a rien dit. Ce qui accroît mes craintes sur l'étendue du conflit. D'ici au prochain regroupement des Fennecs à Sidi Moussa, nous en saurons un peu plus et serons ainsi fixés sur le sort de l'Algérie. En attendant, fumons du thé et restons éveillés, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 1

Dernier sondage 
Pensez-vous que l’alimenta -tion en eau potable s’est améliorée ces dernières années ?
Oui : 58,81%
Non : 38,61%
Sans opinion : 2,57%

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site