Lundi 7 juillet 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Corruptions
Culture
Contribution
Kiosque arabe  
Digoutage fi Ramdane
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Actualités : Le Bonjour du «Soir»
Le hadj version Tamim


Par Maâmar Farah
Alors que nous cherchions à oublier les faux débats identitaires engagés lors de cette Coupe du monde, l’affaire du Qatar vient montrer que les extrémismes ne veulent plus nous lâcher. Le prince du Qatar ne tentait-il pas de surfer sur une vague islamiste gonflée par des images pourtant anodines : affaire du jeûne des joueurs, M’bolhi rompant le f’tour avec des dattes à la mi-temps du match Algérie-Allemagne, fausses primes pour Gaza, joueurs prosternés sur la pelouse, etc. ?
Etat microscopique, propulsé au rang de puissance médiatique et sportive par la grâce du sionisme, le Qatar joue à fond la carte du wahhabisme, dépassant même le pays d’origine de cette doctrine périlleuse qui draine avec elle l’obscurantisme, le djihad et tant de malheurs qui sont passés par là. D’ailleurs, Arabie Saoudite et Qatar se sont livrés à un duel à distance en Syrie qui a coûté à ce pays destructions et génocides. Ces deux monarchies moyenâgeuses ne sont pas à un paradoxe près : elles fustigent l’ennemi éternel qu’est Israël mais s’acharnent à démolir des pays arabes et musulmans ! Inutile de chercher pour qui elles roulent…
En voulant inonder les Verts de cadeaux et en finançant leur pèlerinage à La Mecque, le prince Tamim visait à faire oublier les engagements de son père aux côtés des Occidentaux, lors du sinistre «printemps arabe». Aller aux Lieux Saints est une décision personnelle, un acte sacré et privé qui ne saurait faire l’objet d’un quelconque marchandage politique. Le hadj doit s’accomplir dans la conviction et loin des influences néfastes. Et avouez qu’il serait quand même un peu cocasse d’appeler nos Verts, les «Hadjis» ! Vous imaginez ce titre : «Les Hadjis au septième ciel !» ou cet autre : «La baraka de Hadj M’bolhi» ou encore : «Hadj Slimani : une tête divine !»
[email protected]

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site