Samedi 19 juillet 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
LE SOIR NUMÉRIQUE & SAT
Culture
Lettre de province  
Digoutage fi Ramdane
Soirmagazine
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Soirmagazine : ATTITUDES
Violence


Par Naïma Yachir
[email protected]

Content et fier d’avoir décroché son bac avec mention, après un premier échec, Zino avait enfin le droit de conduire la voiture de son père. Il prit le volant et se dirige tout droit vers le domicile de son meilleur ami. Sur l’autoroute, le trafic est dense. Les automobilistes s’énervent, les klaxons fusent, mais Zino suit à la lettre les conseils de son père. Il garde la tête froide et ne prête aucune attention aux agitations des conducteurs. La file circule, il suit la procession avec un calme olympien, quand soudain une voiture percute l’arrière de sa voiture et le secoue, heureusement sans gravité. Zino descend de la voiture, constate les dégâts qui, en fait, sont minimes, prend les papiers de la voiture et poliment s’adresse à son vis-à-vis :
- ça va, rien de grave? On fait le constat ?
- Mais vous plaisantez, je veux que tout de suite vous appelez le service de dépannage pour la conduire chez le mécanicien le plus proche. J’ai besoin de mon véhicule réparé aujourd’hui.
Zino, éberlué, ne comprend pas.
- Mais ce n’est pas comme ça que cela se passe.
- Je ne veux rien savoir !
Zino insiste. Les automobilistes, excédés, quittent leurs voitures et forment une foule autour d’eux. Ils tentent de le raisonner. Mais rien n’y fait. Un embouteillage est vite créé.
Notre hurluberlu, comme un chien enragé, tire Zino par les pieds et lui fracasse le crâne sur le bitume devant le rassemblement ahuri.
Le jeune homme, la tête ensanglantée, s’effondre et ne bouge plus. La panique s’empare de notre agresseur qui prend le volant et démarre en trombe.
Des témoins du drame sont sous le choc pendant que d’autres appellent une ambulance.
Les secours arrivent. Zino est conduit à l’hôpital dans un état comateux : des lésions graves, un traumatisme crânien sérieux. Il se réveillera de son coma une semaine plus tard, quittera le centre hospitalier, mais souffre toujours de douleurs atroces à la tête.
Quant à notre assaillant, il court quelque part dans la nature. La police est toujours à sa recherche.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site