Samedi 2 août 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
LE SOIR NUMÉRIQUE & SAT
Culture
Monde
Contribution
Lettre de province  
Digoutage
Soirmagazine
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Régions : Le Soir de l’Est
ARCELORMITTAL ALGÉRIE
Mise en congé des effectifs



Le dossier ArcelorMittal Algérie est, une nouvelle fois, sous les feux de la rampe.
Cette position lui est imposée par les difficultés financières auxquelles est confrontée la direction générale d’une part. Par, d’autre part, les manipulations syndico-syndicales où, l’actuel secrétaire général de l’Union de wilaya Annaba et également chargé de l’organique à la Centrale syndicale UGTA jouant le rôle d’imprésario. Conséquences : dans l’impossibilité de répondre positivement à la masse salariale de ses plus de 5.200 salariés faute d’entrée d’argent frais, fruit de la commercialisation de ses produits, la direction générale a décidé de mettre l’ensemble de ses effectifs en congé annuel. La mesure a été déjà appliquée pour tous les agents et cadres en poste dans les unités de production comme les laminoirs, aciéries, centrale à oxygène, haut fourneau n°2. Cette dernière installation forme, du reste, le nœud gordien de tous les problèmes de production et de commercialisation de l’entreprise car, s’agissant de la zone chaude sans laquelle, il n’y aurait pas une seule coulée de fonte, donc de produits sidérurgiques à commercialisés.
Le premier client à avoir sonné l’alerte ce dernier mercredi est la filière ArcelorMittal pipes&tubes Algérie (AMPTA). Elle l’a fait via le député Kouadria Smaïl, anciennement secrétaire général du conseil syndical de l’entreprise ArcelorMittal Annaba. Ce dernier a interpellé le ministre de l’Energie et des Mines et celui du Commerce. Il leur a signalé qu’en vue de résorber le retard de la fourniture des tubes, il y a lieu de procéder durant l’arrêt du haut fourneau à l’importation d’une partie de lingots d’acier (stock de secours) pour la transformation en tubes. «Ces tubes sont nécessaires à la réalisation du gazoduc reliant au réseau de gaz les 2 villes Illizi-Djanet sur 420 km tel que prévu par Sonatrach TRC-transport par canalisations», argumente ce député dans son communiqué adressé ce dernier mercredi à tous les titres de la presse nationale. Il est allé encore plus loin lorsqu’il a souligné que Sonatrach n’a émis aucune objection quant aux solutions palliatives proposées par AMPTA.
Le groupe pétrolier national aurait même donné son accord, selon la même source. «S’agissant de la pérennité de l’activité de la tuberie et la préservation des centaines de postes d’emplois, j’ai saisi en ma qualité de député, le ministre du Commerce pour donner son approbation pour l’exonération de frais de douanes relatifs à la matière première (lingots en acier) prévue pour être importée de Pologne».
Tout est dit dans ce passage du document signé par l’élu à la Chambre basse. Il a implicitement mis l’accent sur les menaces réelles d’implosion auxquelles est confronté le complexe d’abord, ses filiales ensuite. Comme pour bien se faire entendre, il a parlé d’épuisement des stocks de matière première généré par le retard du démarrage du haut fourneau n°2, le non-respect des plannings de livraison dans les délais prévus, les retombées économiques négatives qui en découlent et plus grave, le chômage technique d’environ 350 travailleurs. Tous ces problèmes ne figurent pas dans l’approche des syndicalistes du complexe ArcelorMittal Algérie.
Apparemment intéressés par la manne financière que forme le plan d’investissements pour 500 millions dollars, appelé à être appliqué prochainement, les syndicalistes multiplient les coups fourrés entre eux.
Les uns ont pour guide Abdelmadjid Sidi Saïd le patron de la Centrale syndicale UGTA appuyé de son associé Tayeb Hmarnia qui fait et défait les responsabilités au niveau des conseils syndicaux. Les autres sont menés par le député et homme d’affaires Baha-Eddine Tliba qui veut tout le gâteau. Chacune de ces deux parties tentent d’avancer ses pions que sont quelques membres du conseil syndical. La démarche paraît être urgente particulièrement à la veille de l’émission des avis d’appels d’offres pour la concrétisation du plan d’investissements.
Pour bien clarifier la situation, la direction générale a tenu à préciser qu’elle ne s’adressera qu’aux seuls élus agréés par la Centrale syndicale UGTA. Tout ce méli-mélo syndical, est pour beaucoup dans les difficultés de démarrage du haut fourneau n°2.
Avec la mise en congé de la majorité des effectifs du complexe sidérurgique ArcelorMittal El Hadjar y compris ceux de la filiale des mines de Boukhadra et Ouenza (Tébessa), c’est une autre partie qui se joue. Elle sera certainement rude de par les enjeux qu’elle sous-entend.
A. Bouacha

OUM-EL-BOUAGHI
700 logements sociaux devraient être distribués en 2014

De sources concordantes, nous avons appris que les services de l'Office de la promotion et de la gestion du logement (OPGI) procédera avant la fin de l'année en cours à l'attribution d'un quota de plus de 700 logements de type socio locatifs.
Selon les mêmes sources, certains logements implantés dans les différentes communes de la wilaya touchent à leur fin tandis que d'autres connaissent un rythme d'avancement appréciable et seront à leur tour livrables avant le quatrième trimestre de l'année en cours.
Les mêmes sources, ajoutent que les commissions de la daïra en charge de ces dossiers ont ficelé les listes en fin de semaine passée et que ces listes ont même été transmises à l'Office du logement (OPGI) pour la suite des procédures administratives (pour des enquêtes administratives au niveau de l'agence foncière et des domaines), comme il est d'usage pour éviter des doubles emplois.
Les mêmes sources précisent qu'un quota de 180 logements sera exclusivement destiné au recasement de l'habitat précaire, dont des familles qui occupent depuis des années des taudis au niveau de la zone industrielle et d'autres qui sont casées dans un établissement scolaire au niveau du quartier Lekmine du côté de la mosquée El Atiq, dont une partie a été déjà attribuée aux victimes de la décennie noire.
En ce qui concerne les autres quotas, selon M. Bitout K., directeur de l'OPGI, qui a confié exclusivement à notre journal qu'un quota de 666 logements sera éminemment attribué avec 180 logements habitables et 486 sous forme de préaffectations, puisque les travaux ont atteint un taux de réalisation dépassant les 80%.
Notre interlocuteur nous confirme par ailleurs que 30 logements ont été attribués aux victimes du terrorisme ainsi qu'une dizaine d'autres logements destinés au corps de médecins spécialistes.
Toujours selon M. Bitout, un autre quota de 92 logements réservés aux victimes du terrorisme et dont les travaux touchent à leur fin, sera attribué prochainement.
Le directeur de l'office nous confirme que 798 unités seront attribuées et leur bénéficiaires entreront en possession de leurs clefs avant la fin de l'année en cours.
Pour rappel, certaines communes de la wilaya ont connu ces derniers temps des mouvements de protestations (heureusement sans incidence), exigeant des autorités locales d’accélérer les attributions pour mettre fin au calvaire vécu par certaines familles qui occupent depuis longtemps des habitations sans aucune commodité et ne répondant à aucune condition de vie .
Moussa C.

Emir Abdelkader (Jijel)
Une patrouille de gendarmes attaquée

La localité de Boukhertoum, dans la commune de l’Emir Abdelkader, ex-Strasbourg, a été ces derniers jours le théâtre d’une scène «inédite» dans une wilaya relativement épargnée par le phénomène du grand banditisme qui sévit dans certaines régions des frontières.
En effet, une patrouille de la Gendarmerie nationale a été violemment attaquée par une bande de voyous suite à la tentative d’interpellation d’un pilleur de sable des plages dont le camion, de grand tonnage, a été renversé lors d’un accident de la route qui s’est produit en plein jour.
Selon des témoins oculaires, cette attaque d’une extrême violence a contraint les gendarmes de rebrousser chemin et d’appeler des renforts pour faire face à cette bande d’énergumènes sans foi ni loi.
Nos sources affirment que cette attaque qui a un lien direct avec la mafia du sable et sa cross connexion a causé des blessures légères à un gendarme.
Une affaire qui relance le débat sur l’impunité qui est en passe de devenir un mode de gouvernance.
B. M. C.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site