Dimanche 10 août 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Monde
Ici mieux que là-bas  
Digoutage
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Actualités : LE GOUVERNEMENT DES «TECHNOCRATES» S’ESSOUFFLE
Un vaste remaniement est prévu à la rentrée


Constitué dans une inhabituelle précipitation, au lendemain des présidentielles, le 5 mai dernier, l’actuel gouvernement Sellal s’essouffle déjà. Fortement dominé par des «technocrates», un tel exécutif s’avère plus un boulet pour le Premier ministre qu’un vrai gouvernement appelé à gérer le pays et à conduire des réformes dans une conjoncture particulière, tant au plan national que régional.
Kamel Amarni - Alger ( Le Soir)
«Avec la maladie du président, le Premier ministre se retrouve, de fait, aux premières lignes. Il doit ainsi combler le vide au plus haut sommet de l’Etat. Il doit aussi affronter l’opposition et les médias. Sans compter les autres charges classiques inhérentes à sa fonction. D’où la nécessité, pour lui, d’être entouré d’une vraie équipe gouvernementale».
Ce commentaire, d’une source proche de la présidence, donne déjà une idée sur le topo général. «A l’exception de quelques rares membres du gouvernement qui ont de la consistance et qui prennent des décisions à leur niveau respectif, l’écrasante majorité attend tout de Sellal.
Or , il faut l’entourer de personnalités qui soient visibles, d’abord, et qui se distinguent par une certaine carrure et un minimum en terme de parcours politique».
Le ton est donc donné : l’on prévoit un remaniement ministériel important à la rentrée. «Vers septembre ou octobre», nous confie-t-on de même source. Ce qui, d’ailleurs, était initialement prévu, avant même le remaniement surprise du 5 mai dernier. Et la tendance plaide en faveur d’un retour aux anciennes configurations des précédents gouvernements.
A savoir, un gouvernement majoritairement dominé par des hommes politiques, un personnel puisé des partis politiques ou, du moins, ayant un minimum de vécu politique au détriment des technocrates, des bureaucrates, des walis ou même, parfois, des membres du gouvernement dont les Algériens découvrent l’existence une fois nommés ministres !
Souvent choisis suivant des critères mystérieux, ces gens-là sont peut-être bons et utiles dans leurs fonctions d’origines respectives mais certainement pas comme membre d’un gouvernement censé gérer tout un pays.
«Il nous faut des ministres forts et agressifs, qui puissent occuper le terrain, tant politique que médiatique et qui puissent, en même temps conduire, chacun dans son domaine, les colossaux chantiers prévus pour les cinq années à venir». Si notre source reste très prudente sur les «noms» des partants et des arrivants, elle insiste en revanche longuement sur les profils recherchés : «ses personnalités éminentes, qui peuvent réellement aider l’actuel Premier ministre».
K. A.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site