Dimanche 10 août 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Monde
Ici mieux que là-bas  
Digoutage
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
 
 
 
Nos archives en HTML


Actualités : Le Bonjour du «Soir»
Bis repetita


Par Maâmar Farah
L'Algérie a, une nouvelle fois, mis fin aux rumeurs persistantes qui faisaient état de la présence de troupes algériennes sur le territoire libyen. Il ne nous appartient pas de dire si oui ou non cette décision va dans l'intérêt national, mais lorsque notre Premier ministre ajoute que l'Algérie ne tolérera aucune intervention étrangère en Libye, il nous semble qu'il dépasse ses prérogatives. Si la Libye souveraine décide de faire appel à des troupes étrangères pour empêcher l'installation d'émirats islamistes guerriers dans ses provinces, c'est son droit et l'Algérie n'est pas habilitée à prendre des décisions à sa place. Au Mali, l'Etat et le peuple nous suppliaient d'intervenir pour stopper l'avancée des djihadistes vers Bamako. Nous disions : «Non, nous n'interviendrons pas et nous demeurons opposés à toute intervention étrangère...» Finalement, la France est intervenue avec notre bénédiction et notre aide. Le même scénario va se reproduire en Libye : n'insultons pas l'avenir ! Quant au «climat politique» à instaurer et au «dialogue sain entre les différentes parties», cela nous rappelle étrangement les fausses certitudes de M. Medelci au moment où le feu prenait partout au Mali... Avec les djihadistes, il n'y a aucun dialogue possible. Il faut leur faire la guerre, sinon laisser les autres le faire.
[email protected]

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site