Mercredi 31 décembre 2014
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Auto
Culture
Contribution
Tendances  
Digoutage
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


Bonne année, hachakoum !

Par Hakim Laâlam  
Email : [email protected]
C’est quoi ce pays où l’on retire de la circulation les
vieux billets de 200 dinars, mais pas les…

… très très très vieux Présidents !

Réagir à la crise, c’est bien ! Organiser un comité restreint autour de la chute des cours du brut et de la cata à venir, c’est très bien. Mais organiser deux réunions de crise en moins d’une semaine, ça commence à poser des problèmes, messieurs du château ! Je vous rappelle que l’objectif, c’est de faire très vite des économies, de mettre en place des mesures d’austérité très austères. Si vous nous organisez tous les jours ou presque un comité de crise, et même s’il est restreint, c’est de la dépense ! Les mecs et les nanas que vous convoquez en votre Palais pour «criser » avec vous, il faut toute une logistique pour les réunir. Il y a les voitures qu’ils utilisent. Les bons d’essence qu’il faut «brûler» pour les transporter jusqu’au lieu de réunion. Et bien avant d’arriver à bon port, il y a les désagréments qu’occasionnent leurs cortèges officiels et hurlants sur les routes. Des retards pour les quidams qui vont au boulot et qui se retrouvent bloqués. Donc, une perte de productivité. Donc, un manque à gagner. Donc, plus d’argent puisé dans les réserves pour compenser les pertes. Donc, du flouss gaspillé. Une fois autour de la table de crise, et je l’ai bien vu sur les images, ce n’est pas des plateaux repas du Croissant-Rouge qui leur sont servis aux «criseurs» ! Eau. Café. Thé. Jus. Gâteaux. Que du must, dans chaque catégorie de produit. J’ai une télé en HD, et j’ai vu, de mes yeux vu les pulpes de vraie orange surnageant dans les carafes. Une orange à près de 150 dinars le kilo, je le rappelle. J’ai même cru sentir un peu l’odeur du café à travers mon écran, et c’est du bon, du corsé. S’il n’y avait que ça ! Bien sûr que non ! Y a le surplus de travail auquel on oblige le châtelain adoré et chéri. Plus ils le contraignent à organiser des comités de crise, plus il va se fatiguer, solliciter son cœur déjà fort malmené et — ­­Dieu l’en préserve — devoir être à nouveau évacué vers Paris, Grenoble ou Genève. C’est donc des dépenses, encore des dépenses engendrées — le comble — par des réunions censées nous faire économiser de l’argent. De qui se fout-on, je vous le demande ? En fait, non ! Je ne vous le demande même pas. Parce que si je vous le demande, vous allez prendre sur votre temps de travail pour me répondre. Provoquant ainsi une baisse de la productivité notable, puisque vous êtes tellement, tellement nombreux à me lire tous les jours. Et du coup, je serais moi aussi accusé d’aggraver la crise. Alors, non ! Je me contente juste de vous souhaiter une bonne année. Un souhait-mensonge comme celui-là, ça ne devrait pas trop grever le budget national, mais juste vous rappeler le geste qui sauve, même en 2015 : fumer du thé pour rester éveillé à ce cauchemar qui continue.
H. L.

Nombre de lecture : 1

Dernier sondage 
Pensez-vous que cette année, le taux national de réussite au bac dépassera les 60 % ?
Oui : 22,09 %
Non : 68,93 %
Sans opinion : 8,17 %

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site