Mercredi 14 janvier 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Auto
Culture
Contribution
Tendances  
Digoutage
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


Actualités : Affaire des ex-cadres de l’école supérieure de police
Le procès reporté une troisième fois


Programmée hier au niveau de la 5e chambre correctionnelle, près la cour d’Alger, l’affaire des ex-cadres de l’Ecole supérieure de police de Châteauneuf a été renvoyée au 10 février prochain. Une décision prise par le président du tribunal, sur demande du procureur de la République suite à l’absence de la copie de l’arrêt de renvoi de la Cour suprême.

Abder Bettache – Alger (Le Soir)
La décision du report a été contestée par la défense qui considère «qu’il y a manque de sérieux flagrant dans cette affaire». Une colère exprimée également par le juge du siège à l’égard du procureur de la République, qui n’a pas hésité à faire la remarque à l’accusation, lui rappelant que c’est à cause du même motif que le procès avait été reporté la dernière fois. Il n’en demeure que la défense promet que le procès, qui aura lieu le 10 février prochain, sera riche en révélations. En ce sens, les avocats de la défense comptent entamer leur plaidoirie en se référant notamment à l’arrêt de renvoi de la Cour suprême. Cette haute autorité judiciaire, faut-il le rappeler, avait cassé le jugement en appel, considérant que «le verdict prononcé en seconde instance ne s’appuyait sur aucune base juridique». Il est à noter que le procès de cette affaire se tiendra après deux jugements. Le premier a eu lieu en première instance au tribunal correctionnel de Sidi-M’hamed, alors que le second, soit le procès en appel, s’est tenu au niveau de la cour. Pour rappel, l’ex-directeur de l’Ecole supérieure de police de Châteauneuf avait été condamné en dernière instance (cour) à trois années de prison, dont une avec sursis. La même juridiction a prononcé des peines allant de deux années à une année avec sursis respectivement à l’encontre de l’ex-commissaire de police Corso Abdelkader, de Zebouchi et Amrar Sid, alors que Ziane Khaled a été relaxé.
Les huit autres personnes poursuivies dans la même affaire mais non détenues, et contre lesquelles l’avocate générale a requis des peines de cinq années de prison ferme, ont toutes bénéficié de la relaxe. Il s’agit notamment de Guettaf, Sansari, Hanane, Bouraï, Hadadi et Ouahab, dont les avocats ont plaidé la relaxe. Pour rappel, dans cette affaire, 12 personnes dont 5 en détention, ont comparu devant la deuxième chambre pénale du tribunal correctionnel de Sidi-M’hamed pour les chefs d’inculpation de «trafic d’influence, abus de pouvoir et faux et usage de faux». Les personnes mises en cause exerçaient toutes au niveau de l’Ecole supérieure de police de Châteauneuf. Cette affaire avait été mise au jour à la faveur d’une lettre anonyme faisant état d’un trafic autour des examens d’accès au grade de commissaire principal, citant nommément le commissaire Corso Abdelkader.
A. B.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site