Samedi 17 janvier 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
LE SOIR NUMÉRIQUE & SAT
Culture
Contribution
Digoutage
Soirmagazine
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Soirmagazine : ATTITUDES
La punition


Par Naïma Yachir
[email protected]

C’est avec hilarité que Amel et Samir évoquent l’anecdote qui les replonge 20 ans en arrière. «Samir avait 10 ans. Je me souviens comme si cela datait d’hier. A l’époque on habitait le rez-de-chaussée d’un immeuble. C’était la veille de l’Aïd El-Fitr, je voulais confectionner des gâteaux. Quand j’ai jeté un œil à mon garde-manger, je me suis rendu compte qu’il me manquait des cacahuètes. J’ai ramassé toute la monnaie que j’avais et j’ai envoyé le petit m’en acheter un kilogramme.»
Quelques instants plus tard, Samir revient haletant, et lui tend une petite poignée de ces fruits secs qu’il serrait dans sa main. En voyant ça Amel a failli tomber à la renverse.
- Mais où est le reste des cacahuètes ?
- Je ne sais pas.
- Comment tu ne sais pas ? Je t’ai envoyé chercher un kilogramme, que je sache !
- Elles sont tombées par terre.
- Et par quel miracle ?
- J’ai juste secoué le sachet et tout s’est éparpillé sur le sol.
- Tu veux dire que tu as joué avec le paquet ?
Rouge de colère et au bord de la crise de nerfs, Amel somma son fils de retourner sur les lieux de la «catastrophe» et tout ramasser.
- Tu vas vite sortir et aller ramasser toutes les cacahuètes. Je vais les peser et s’il en manque une pour faire le kilogramme, tu auras affaire à moi.
Samir, en pleurs, retourne sur ses pas et entame sa collecte. Les voisins qui étaient attroupés au pas de l’immeuble le remarquèrent, accroupi à la besogne.
- Mais que fais-tu ? Il leur explique.
- Ne t’inquiète pas nous allons t’aider. Et le volontariat commence. Ainsi, une dizaine de paires de bras et d’yeux furètent les plates-bandes.
Amel, ne voyant pas son fils arriver, l’appelle de sa fenêtre et découvre le spectacle. Elle appelle Samir et à l’unisson les volontaires lui répondent.
- Ne vous en faites pas, nous avons tout ramassé.
Son sang n’aura fait qu’un tour.
- Mon Dieu ! Quelle honte ! Que vont-ils penser de moi ? Que je suis la pire radine du quartier, alors qu’au départ c’était parti pour une simple punition ?

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site