Actualités : PROTESTATION CONTRE LA UNE DE CHARLIE HEBDO
La manifestation dégénère à Alger


Affrontements entre les forces de l’ordre et manifestants aux alentours de l’APN et du square Port-Saïd, l’agence d’Air Algérie de Zighout-Youcef saccagée…, la manifestation des milliers de personnes organisée hier à Alger après la prière du vendredi a tournée à l’émeute.
Salah Benreguia – Alger (Le Soir)
Sortis manifester «pacifiquement» leur mécontentement face à la Une du dernier numéro de Charlie Hebdo affichant le Prophète Mohamed versant une larme et tenant une pancarte disant «Je suis Charlie», la marche qui s’est ébranlée de la mosquée El Mouminine de Belouizdad (ex-Belcourt), a tourné à l’émeute aux alentours de l’APN et du square Port Saïd. Flash-back : Belcourt. 13h40.
A peine sortis de la mosquée El Mouminine de Belcourt, dont le prêche a été consacré exclusivement à condamner les atteintes commises contre l’Islam et les musulmans en Europe, après les attentats terroristes survenus la semaine passée à Paris, des centaines de «fidèles», jeunes pour la plupart, commençaient à scander en arabe «il n’y a de dieu que Dieu» et ce, en direction d’Alger-Centre. De plus en plus nombreux, les manifestants ont dû forcer le cordon de sécurité, à la place du 1er-Mai, pour emprunter la rue Hassiba-Ben-Bouali, toujours en direction d’Alger-Centre.
Si la rue Hassiba-Ben-Bouali a vibré au rythme de «Alayha nahya ou alayha namout wa fi sabiliha noudjahid (pour elle nous vivons, pour elle nous mourrons et pour elle nous combattrons)», un slogan qui replonge la capitale dans les années 90, l’usage de la force a commencé au niveau du Commissariat central.
En effet, les manifestants étaient bloqués au niveau du boulevard Amirouche, où des heurts avec les forces de l’ordre ont fait quelques blessés. Là, des centaines de manifestants ont fait demi-tour et ont dû emprunter la rue Hamani pour se diriger vers la rue Larbi Ben M’hidi, toujours dans le centre d’Alger. Appelant en faveur de l’instauration d’un Etat islamique, les manifestants, qui ont observé un rassemblement devant le siège de l’APN, brandissaient des affichettes et des pancartes où l'on pouvait lire «Nous sommes avec Mohamed», «Falestine chouhada» (Palestine les martyrs), «La illaha Illa Lah» (Il n'y a autre Dieu qu'Allah) et autres phrases religieuses. Voulant les disperser, l’intervention des forces de l’ordre a dégénéré. En effet, la situation est devenue très tendue lorsque les policiers ont tenté d’éloigner les manifestants du siège de l’APN, en les poussant vers les rues avoisinantes.
A quelques centaines de mètres de là, soit au square Port-Saïd, les manifestants commençaient à jeter des pierres. La réaction des forces de l’ordre ne s’est pas fait attendre : des éléments de la police sont intervenus en projetant de l’eau chaude sur les manifestants qui ripostaient, eux aussi, avec des jets de pierres.
Devant cette situation qui rappelle les marches du FIS dissous, des policiers en renfort ont été dépêchés sur les lieux de la manifestation. Et c’est en utilisant des gaz lacrymogènes et des camions chasse-neige que les policiers ont pu prendre le dessus. Quelques dizaines d’arrestations ont été enregistrées, signale-t-on
S. B.



Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2015/01/17/article.php?sid=173465&cid=2