Jeudi 22 janvier 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Les choses de la vie  
Ce monde qui bouge
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


Sports : Football
30E Coupe d’Afrique des Nations (2e journée, groupe C) : Ce vendredi (17h) à Mongomo : Ghana- Algérie
S’ouvrir la voie des quarts !


Les Verts doivent confirmer, ce vendredi, à Mongomo, devant le Ghana, leur entame victorieuse signée, lundi soir, face à l’Afrique du Sud. Un duel très attendu qui prend les proportions d’une finale avant la lettre. Un match couperet, en définitive.
Si devant les Bafana Bafana, pour le compte de la première journée de cette Coupe d’Afrique des nations, le résultat était d’importance, l’issue de la seconde sortie des Algériens, vendredi après-midi à l’Estadio de Mongomo, face aux Black Stars, présente des particularités vitales. D’abord, pour les Ghanéens surpris dans le temps additionnel lors du premier round par le Sénégal de Moussa Sow, qui voudront bien se ressaisir afin de ne pas sortir de l’épreuve continentale avant terme. Ensuite, pour un ensemble algérien présenté comme le favori du tournoi et qui aura donc l’impérieuse mission de confirmer la tendance et les espérances par une seconde victoire synonyme de qualification aux quarts de finale avant le dernier face-à-face de cette première phase contre les Lions de la Téranga. Une autre «finale» que les camarades de Mandi voudront bien aborder sans pression particulière et avec la sérénité d’une équipe qui a le billet des quarts en poche.
Pour parvenir à leur fin, les deux équipes ont repris leur plan de préparation au lendemain de leurs rencontres de lundi. Les Ghanéens, déçus mais pas abattus, se sont confinés dans leur quartier loin des regards indiscrets de leurs voisins à l’hôtel Mongomo, en l’occurrence les Sud-Africains, et surtout de ceux de la presse internationale venue aux nouvelles suite au mauvais départ de l’équipe drivée par Avram Grant. Une décision qui ne semble pas faire l’unanimité au sein de la délégation des Black Stars, notamment chez les vedettes de l’équipe habituées à s’exposer aux feux de l’actualité, en toutes circonstances. Pour leur entraîneur, pourtant, cet isolement est un mal nécessaire. Comme il est impératif pour l’ancien coach des Blues de revenir à l’ancien système de jeu basé sur le 4-4-2 au lieu du 3-5-2 mis en place face aux Sénégalais. «Je suggère que nous revenions à notre formation classique en 4-4-2 à laquelle les joueurs sont habitués et qui est plus économique en termes de débauche d'énergie», fait savoir Grant très critiqué suite à l’incorporation de trois défenseurs axiaux, en l’occurrence Daniel Amartey, Jonathan Mensah et Awal Mohamed alors qu’il savait les Lions de la Téranga plus dangereux sur les couloirs.

Quelques réaménagements tactiques attendus
Aussi, avec un retour vers le classique 4-4-2, les latéraux Harrison Afful et Baba Rahman, confinés dans des rôles de milieux décalés face au Sénégal, auront plus de liberté offensive et apporteront, du coup, leur vitesse à une ligne offensive où les frères Ayew ainsi que Christian Atsu avaient du mal à franchir la solide arrière-garde alignée par Giresse.
Des remaniements que connaîtra également la composante de la sélection de Christian Gourcuff. A cause des incertitudes induites par les blessures de Slimani et de Halliche ainsi que la petite forme affichée, lundi passé, par Medhi Lacen. Les échos en provenance de Mongomo laissent entendre la probabilité de voir le sélectionneur des Verts apporter des rectificatifs sur les trois compartiments du jeu. Pour la défense, il s’agira probablement d’un renforcement de l’axe défensif avec l’incorporation de Bougherra aux côtés de Halliche et le repositionnement de Medjani en tant que «sentinelle». Au milieu, il est probable de revoir la paire Lacen-Bentaleb reconduite. Le médian de Getafe, critiqué pour son faible rendement devant l’Afrique du Sud, a toujours la confiance du sélectionneur et sa complémentarité avec Bentaleb est avérée en dépit de quelques errements et autres imprécisions dans la relance. La ligne offensive, elle, risque de subir des modifications pour des motifs autres que tactiques. Slimani, blessé à une cheville, était toujours incertain. Et Belfodil ne semble pas la seule alternative qui se présente à Gourcuff. Soudani mais aussi Mahrez peuvent postuler à la succession de Slimani, dans des registres propres à eux. Seuls Brahimi et Feghouli ont la chance de compter dan la stratégie globale du système de Gourcuff. Du moins pour la joute de demain face au Ghana où il s’agira de gagner en offrant un meilleur visage et, si possible, imposer une certaine maîtrise sur le déroulement des débats. L’essentiel passe, cependant, par les trois points de la qualification. Importe peu la manière.
B. M.

Séance d'entraînement d’hier à Oyola
Sans Slimani, Feghouli et Zeffane

L'EN a effectué hier matin une séance d'entraînement au stade d'Oyola (60 km de Mongomo), en présence de 20 joueurs sur les 23 composant l'effectif, à deux jours du match face au Ghana prévu ce vendredi au stade de Mongomo (17h), pour le compte de la 2e journée (Groupe C) de la CAN-2015.
Cette séance, suivie partiellement par les journalistes présents sur place, a vu l'absence d'Islam Slimani (blessé à une cheville), Sofiane Feghouli (en récupération) et Mehdi Zeffane (blessé à l'orteil). Par ailleurs, le défenseur central Rafik Halliche, qui a dû faire l'impasse sur la séance de décrassage effectuée mardi à Mongomo, s'est entraîné cette fois-ci avec ses coéquipiers, après une séance de soins la veille.
Lors de cette séance, le sélectionneur national a mis en place la stratégie tactique qu'il compte adopter face au «Black Stars» ghanéens, avec des changements en vue, deux jours après la victoire «peu rassurante» décrochée face à l'Afrique du Sud (3-1).
A la fin de la séance, un match d'application a été organisé entre joueurs, pour apporter les dernières retouches, à 48 heures de la rencontre face au Ghana, un rendez-vous qui pourrait ouvrir les portes de la qualification aux quarts de finale, en cas de victoire.

Blessé, Islam Slimani incertain
L'attaquant algérien Islam Slimani, blessé à la cheville, est incertain pour le match face au Ghana vendredi au stade de Mongomo (17h).
Le joueur du Sporting Lisbonne, a dû faire l'impasse encore une fois sur la séance d'entraînement d’hier au stade d'Oyola (60 km de Mongomo), 24 heures après son absence de la séance de décrassage effectuée au lendemain de la victoire face à l'Afrique du Sud (3-1).
Selon une source proche du staff médical, le meilleur buteur des Verts «a de faibles chances de tenir sa place vendredi face au Ghana, d'autant qu'il a manqué jusque-là deux des trois séances programmées avant cette deuxième rencontre», ce qui le met en dehors des plans du sélectionneur Christian Gourcuff.
Interrogé lors de la zone mixte organisée avec les journalistes sur le cas Slimani, l’entraîneur adjoint de l'équipe nationale, Nabil Neghiz, n'a pas voulu trop s'étaler sur le sujet.
«Le joueur est soumis depuis mardi à des soins intensifs pour le remettre d'aplomb, j'espère qu'il va pouvoir être prêt pour le match du Ghana», a-t-il indiqué.
Dans le cas où Slimani viendrait à déclarer forfait, le coach national procédera à un changement en incorporant d'entrée Hilal Soudani, qui sera soutenu par Ishak Belfodil, annoncé à la place de Ryad Mahrez.
Concernant les deux autres éléments ayant fait l'impasse sur la séance d’hier, à savoir Sofiane Feghouli et Mehdi Zeffane, leur cas ne suscite pas d'inquiétude, et devraient vraisemblablement prendre part à la séance d'entraînement ce matin (10h30) au stade municipal de Mongomo.

Nabil Neghiz (entraîneur national adjoint) :
«La victoire est impérative pour assurer la qualification»

L'entraîneur-adjoint de l'équipe algérienne de football, Nabil Neghiz, a relevé hier la nécessité de l'emporter face au Ghana «pour composter le billet pour les quarts de finale» de la CAN-2015.
«Nous allons aborder cette rencontre avec la ferme intention de l'emporter et assurer du coup notre qualification au deuxième tour. Il faudra éviter de refaire les erreurs individuelles et collectives commises face à l'Afrique du Sud, notamment sur le plan défensif et au niveau du deuxième rideau dans la récupération du ballon au milieu du terrain », a indiqué le numéro 2 du staff technique national à la presse lors d'une zone mixte, peu avant le début de la séance d'entraînement effectuée au stade d'Oyola (60 km de Mongomo).
«Plusieurs paramètres ont fait que l'équipe passe à côté de son sujet face à l'Afrique du Sud, je parle notamment des conditions climatiques, l'état de la pelouse et surtout sur le fait de ressentir une certaine pression due à son statut de favori. Cela a fini par nous perturber, mais nous avons quand même trouvé les ressources pour renverser la vapeur et gagner sur le fil », a-t-il ajouté.
Pour Nabil Neghiz, « le plus important dans ce genre de tournoi, reste la victoire, alors que la manière importe peu », rassurant dans la foulée que « la sélection va montrer un autre visage face au Ghana ».
Evoquant le prochain adversaire des Verts, l’entraîneur adjoint n'a pas tari d'éloges sur le Ghana, battu lors de ses débuts dans le tournoi face au Sénégal (2-1), au temps additionnel.
«C'est une jeune équipe, qui recèle d'excellentes individualités, elle s'appuie sur sa technique et non sur le physique. Je pense que notre équipe nationale jouera un meilleur football devant un adversaire de ce profil», a-t-il conclu.

André Ayew (attaquant du Ghana) :
«Nous n’avons pas perdu la bataille»

L'attaquant du Ghana André Ayew a exhorté ses coéquipiers à rester calmes avant le match décisif contre l'Algérie ce vendredi à Mongomo.
«Nous avons juste besoin de rester calmes et de ne pas commencer à se mettre en colère, de mettre la pression sur nous-mêmes», a déclaré Ayew à la presse présente à Mongomo.
«C'est le football, il est vrai que nous avons perdu le combat, mais nous n'avons pas perdu la bataille », a t-il souligné.

Sammy Kuffour (ancien défenseur du Ghana) :
«L’équipe doit hisser un peu plus son jeu»

L'ancien défenseur des Black Stars du Ghana, Sammy Kuffour a exprimé une grande déception dans l'approche défensive de l'équipe nationale suite à la défaite essuyée face au Sénégal (1-2) lundi à Mongomo en match comptant pour la première journée du groupe C de la Coupe d'Afrique des Nations CAN-2015.
«J'étais en colère contre notre performance surtout dans la défense. Nous avons joué trop en profondeur et vous ne pouvez pas jouer un tournoi comme ça. C'était un désastre et le Sénégal en a profité pleinement», a déclaré Kuffour dans son analyse d'après-match à une télévision.
Pour l'ancienne star du Bayern Munich, les Black Stars sont désormais condamnés à s'imposer lors des deux prochains matchs contre respectivement l'Algérie le 23 janvier et l'Afrique du Sud le 27 pour passer en quart de finale de la CAN-2015.
« Avec cette défaite, le Ghana doit gagner les deux matches restants, d'abord contre l'Algérie vendredi prochain avant le dernier match contre l'Afrique du Sud quatre jours plus tard mais à condition que l'équipe hisse un peu plus son jeu », a-t-il expliqué.

Groupe B (2e journée)
La Tunisie doit se réveiller

Tenue en échec par le Cap Vert (1-1), la Tunisie doit se ressaisir aujourd’hui contre la Zambie pour justifier son rang de favori du groupe B de la CAN-2015 et se placer en bonne position en vue de la qualification pour les quarts de finale.
Les Aigles de Carthage, arrivés avec de hautes ambitions en Guinée Equatoriale, ont particulièrement déçu lors de la première journée de la poule et un deuxième faux-pas jetterait un sérieux doute sur leur capacité à être l'un des acteurs majeurs de cette Coupe d'Afrique, même si leurs chances d'accéder au prochain tour resteraient encore intactes d'un point de vue comptable.
Le potentiel offensif des Tunisiens a certes été amoindri par les forfaits de dernière minute des deux attaquants Saber Khalifa et Fakhreddine Ben Youssef. Mais la deuxième nation africaine au classement Fifa (22e) peut difficilement s'abriter derrière cette excuse tant elle a été ménagée par le tirage au sort, au contraire des autres cadors du continent.
La Zambie, qui doit déplorer la défection définitive de l'ancien milieu de terrain de Sochaux Nathan Sinkala (Grasshopper Zurich) touché à un genou, a depuis longtemps égaré la recette magique de 2012. Mais l'ex-vainqueur de la CAN sous les ordres d'Hervé Renard a les moyens de titiller la Tunisie, si celle-ci se montre incapable de hausser son niveau de jeu.
« Nous sommes de nouveau à la case départ et cela rend les prochaines rencontres bien plus importantes », a d'ailleurs avoué le sélectionneur belge des Aigles de Carthage, Georges Leekens.
L'autre match de la poule s'annonce très indécis entre la RD Congo et le Cap Vert. Ce dernier a prouvé face aux Tunisiens qu'il avait les moyens de rééditer son exploit de 2013 et de s'inviter de nouveau dans le Top 8.
La RDC, qui a elle aussi partagé les points d'entrée contre la Zambie (1-1), ferait bien de se méfier et c'est en substance le message délivré par l'emblématique gardien vétéran du TP Mazembe Robert Kidiaba Muteba (38 ans), dont les étranges célébrations à chaque but de son équipe font toujours les délices des réseaux sociaux et des zappings.
« Nous devons prendre le Cap Vert au sérieux, c'est une équipe très organisée et elle a démontré à tout le monde qu'elle méritait le respect », a-t-il déclaré.

Start (Aujourd’hui à Ebebiyin)
Zambie- Tunisie (17h)
Cap Vert- RD Congo (20h)

Zambie
Le Mexicain Sergio Fentanes renforce le staff technique

Le staff technique de la sélection zambienne dirigé par Honnour Janza a été renforcé par le technicien mexicain Sergio Fentanes à l'occasion de la Coupe d'Afrique des nations CAN-2015 qui se déroule en Guinée équatoriale, rapporte la presse locale.
Selon la fédération zambienne de football, le nouveau technicien aura pour mission d'analyser les matchs des adversaires de l'équipe zambienne.
Fentanes avait déjà travaillé avec la sélection des Chipolopolos lors de la CAN- 2006 en Egypte, où la Zambie avait été éliminée en phase des poules.
« Sergio est un entraîneur expérimenté, qui a travaillé avec un certain nombre d'équipes au Mexique, alors nous avons jugé qu'il pourrait être utile à l'équipe. Mais il ne sera avec l'équipe que pendant la durée du tournoi et il travaillera sous l'entraîneur Honnour Janza », a précisé Munkondya membre du comite exécutif de la fédération cité par Daily mail.

Groupe C (1re journée)
Côte-d'Ivoire malmenée, Mali et Cameroun dos à dos

La Côte-d'Ivoire a patiné face à la Guinée (1-1) et a perdu Gervinho (carton rouge), alors que le Mali et le Cameroun se sont neutralisés (1-1), mardi à Malabo dans le groupe D de la CAN-2015, relevé et toujours indécis.
Les favoris sont décidément bousculés dans ce début de tournoi, après les défaites du Burkina, vice-champion d'Afrique et du Ghana et les difficultés de l'Algérie (malgré son succès sur l'Afrique du Sud).
Les Ivoiriens d'Hervé Renard peuvent en témoigner, eux qui ont raté leurs débuts face à l'équipe la moins huppée du groupe. Yaya Touré n'a pas fait valoir son statut de quadruple meilleur joueur africain en titre et son équipe n'a pu qu'égaliser par le remplaçant Doumbia (72e) après avoir été menée sur une superbe volée de Yattara (36e).
Les Eléphants ont fait preuve d'une stérilité étonnante dans le jeu et inquiétante pour les prochains matches, d'autant plus que leur élément le plus tranchant, Gervinho, qui a trouvé la barre (17e), a été exclu pour un mauvais geste (58e).
La Guinée, de son côté, donne un peu de baume au coeur à son peuple touché par le virus Ebola. «On est un peu sur la frustration parce qu'on laisse filer le match au moment où on avait le contrôle des événements avec l'exclusion de Gervinho. On n'a pas su enfoncer le clou. Faire match nul contre la Côte-d'Ivoire reste un bon résultat», a noté le sélectionneur du Syli national, Michel Dussuyer.
A défaut d'une débauche d'occasions nettes, le match de la soirée dans la capitale équato-guinéenne entre le Mali (3e des Coupes d'Afrique 2012 et 2013) et le Cameroun mondialiste a été intense, engagé, et pourrait laisser des traces physiquement.
Les Aigles, guidés par leur capitaine Seydou Keita, ont ouvert la marque par Sambou Yatabaré, oublié au deuxième poteau à la réception d'un coup franc (71e), avant qu'Oyongo n'égalise sur un exploit personnel (84e).
«L'idée c'était de gagner le match, le but concédé est venu d'un coup de pied arrêté et d'une erreur de concentration d'un joueur et ça fait mal», a déploré Volker Finke, le sélectionneur des Lions indomptables.
Egalité parfaite dans ce groupe, donc, en attendant la deuxième journée samedi avec Côte-d'Ivoire-Mali et Cameroun-Guinée.

Côte-d'Ivoire
Gervinho présente ses excuses après son carton rouge

L'attaquant de la Côte d'Ivoire Gervinho a présenté ses excuses mercredi sur Twitter au lendemain de son exclusion pour une gifle adressée à un joueur guinéen lors des débuts des Eléphants dans la CAN-2015, mardi à Malabo. «Je tiens à présenter toutes mes excuses à la nation ivoirienne, à mes coéquipiers, aux supporters et aux organisateurs de la CAN pour ce geste de colère qui ne me ressemble pas et qui n'a évidemment pas sa place sur un terrain de football", a-t-il posté sur son compte Twitter.
Le joueur de l'AS Rome a écopé d'un carton rouge à la 58e minute du match Côte d'Ivoire-Guinée (1-1) comptant pour le groupe D de la CAN-2015 pour avoir giflé le Guinéen Naby Keita.
Il sera automatiquement suspendu pour la prochaine rencontre des Ivoiriens, samedi contre le Mali, mais pourrait risquer une sanction plus lourde de la part de la Confédération africaine de football (CAF).

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site