Jeudi 22 janvier 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Les choses de la vie  
Ce monde qui bouge
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


Chronique du jour : CE MONDE QUI BOUGE
Il faut arrêter de se voiler la face


Par Hassane Zerrouky
C’était il y a douze ans, un 2 juillet 2002. «Si le terrorisme est battu, l’intégrisme est encore intact. Vous n’avez qu’à entendre les prêches dans les mosquées, le contenu de la télévision, l’école», déclarait, en des termes crus et sans détour, le général Mohamed Lamari devant un parterre de journalistes. Douze ans après, l’avertissement du regretté chef d’état-major de l’ANP résonne plus fort que jamais. L’islamisme, dans sa version salafiste, est d’une actualité brûlante, comme l’a illustré la manifestation islamiste de vendredi dernier, à Alger et ailleurs, sur le thème de «je suis Mohamed». Parmi les manifestants, des bénéficiaires de la politique de réconciliation nationale, membres d’une organisation armée islamiste luttant pour instaurer un Etat théocratique islamiste, des gens que feu Abdelhamid Mehri qualifiait alors de «mouvement de résistance qui bénéficie de l’adhésion du peuple» (La Tribune du 22 novembre 1994).
Douze ans après les propos de Mohamed Lamari, l’islamisme dit radical relève la tête. Il est redevenu visible, défend ses thèses sur les plateaux de télés privées algériennes, profère des menaces contre des journalistes et des acteurs de la société civile politique. Le ministre des Affaires religieuses, Mohamed Aïssa, a fait part de son inquiétude. Il est bien le seul au sein du gouvernement à l’exprimer publiquement. «Je remarque sur certains plateaux des invités qui excommunient carrément des Algériens de leur religion, les considérant comme des païens et des apostats», a-t-il déclaré dimanche sur la Radio Chaîne III. «Je crois qu’il est temps d’interpeller surtout les chaînes satellitaires. J’ai exhorté ceux qui invitent des références religieuses sur leurs plateaux à nous consulter», a-t-il poursuivi avant de lâcher : «C’est tout ce que j’ai comme prérogative.» Si donc Mohamed Aïssa ne peut rien contre ces télés, que fait alors le ministère de la Communication et, plus généralement, le gouvernement pour, non pas interdire d’activité ces télés évoquées par le ministre des Affaires religieuses, mais les inviter à cesser de servir de moyen de diffusion du salafisme wahhabite générateur de violences.
Il en va de même des prêches incitant à l’intolérance dans une bonne partie des mosquées squattées à nouveau par les salafistes et les «repentis» qui ne se sont jamais repentis. Face à cette situation inquiétante, Mohamed Aïssa a annoncé avoir demandé aux imams d’inviter «les fidèles à rester dans le contexte réel de la défense du Prophète et de la promotion de sa tradition. C’est-à-dire qu’au lieu de crier, de brûler et d’incendier, il est préférable de démontrer que l’Islam est une religion d’entente, de cohabitation, de convivialité, de propreté et d’hygiène…».
En effet, que retiennent les non-musulmans en Europe et ailleurs, de l’Islam, si ce n’est des images de violences, de sang, de destruction de mausolées, d’emblèmes nationaux brûlés ? Est-ce que les images de ce petit garçon de 12 ans exécutant d’une balle dans la tête deux otages russes en Syrie, de ces soldats et civils syriens et irakiens égorgés au cours d’une cérémonie publique, diffusées par l’Etat islamique du calife autoproclamé Al-Baghdadi servent la cause de l’Islam ? Et en quoi la vente aux enchères de 700 femmes yazidis sur une place publique de Mossoul, au prix de 150 dollars chacune, sert-elle la cause de l’Islam ? Et que dire de cette femme d’origine birmane décapitée lundi dernier en Arabie saoudite ou de la condamnation du blogueur saoudien Raif Badawi à 10 ans de prison et à 1000 coups de fouet, à raison de 50 coups par semaine, ou encore de l’assassinat d’Hervé Gourdel chez nous en Algérie, sans compter la prise d’otages sanglante de In Amenas en janvier 2013 ? Allez avec ça expliquer à des non-musulmans que l’Islam n’a rien à voir avec cette violence, le terrorisme et ces meurtres que diffusent par vidéos sur le Web les groupes djihadistes comme l’Etat islamique ou le Front al-Nosra. Et comment l’expliquer si on ne commence pas par dénoncer ces violences, leurs commanditaires et la matrice salafiste qui génère de tels actes.
Arrêtons de se voiler la face : Charlie Hebdo ne doit pas servir de prétexte pour masquer les crimes commis par l’Etat islamique et Djebhet Nosra et ceux qui les soutiennent. Prenons exemple sur la Tunisie, et débattons y compris avec les tenants de cette idéologie salafiste qui, pour l’heure, déroulent tranquillement et sans contradicteurs, leurs discours sur les plateaux télé, dans les lieux de prière, et occupent un espace public interdit aux courants porteurs de modernité et de progrès social.
H. Z.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site