Jeudi 29 janvier 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Société
Monde
Les choses de la vie  
Digoutage
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


Monde : Syrie
Kobané sous le contrôle des forces kurdes mais largement détruite


Bâtiments éventrés, rues désertes jonchées de débris : la ville syrienne de Kobané, entièrement contrôlée depuis deux jours par les forces kurdes, a été largement détruite par les quatre mois de combats acharnés qui les ont opposées aux djihadistes du groupe Etat islamique (EI).
Les dégâts subis par Kobané, devenue le symbole d'une guerre civile qui a fait près de 200.000 morts depuis 2011, sont spectaculaires, ont constaté des journalistes de l'AFP qui ont pu entrer dans la ville.
Les combattants des Unités de protection du peuple (YPG), la milice du principal parti kurde de Syrie, règnent en maîtres sur des rues abandonnées par la plupart de leurs habitants. Seuls quelques rares civils ont été aperçus dans des rues de la partie occidentale de la ville, moins touchée par les affrontements.
A plusieurs carrefours, des groupes de miliciens en tenues mi-militaires, mi-civiles, ont salué la présence des journalistes par des rafales de kalachnikov tirées dans le ciel et en faisant le «V» de la victoire. Dans certaines rues, des obus de mortiers non explosés gisent encore au milieu des gravats et de quelques véhicules criblés de balles abandonnés, témoins de la violence des affrontements.
Le calme régnait dans l'ensemble de la ville, alors que les opérations militaires se poursuivaient dans les villages environnants.
Les avions de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis continuaient hier de survoler la ville à l'affût de cibles djihadistes. De mardi jusqu'à mercredi matin, 13 frappes ont permis d'y détruire douze véhicules, a annoncé le Pentagone.
Malgré la fin de la bataille, la frontière entre la Turquie et la Syrie restait hermétiquement fermée hier par des gendarmes et des soldats turcs, empêchant les réfugiés de revenir à Kobané et dans ses environs. L'offensive djihadiste lancée mi-septembre dans la région de Kobané a poussé quelque 200.000 Syriens, pour l'essentiel kurdes, à trouver refuge en Turquie.
«Nous ne laissons rentrer aucun réfugié jusqu'à nouvel ordre», a indiqué à l'AFP un responsable de l'agence gouvernementale turque en charge des situations d'urgence (Afad) s'exprimant sous couvert de l'anonymat.

Discussions à Moscou
Les autorités turques ont déployé d'importants effectifs de gendarmes et de soldats autour du poste-frontière de Mursitpinar, à quelques kilomètres de la ville de Suruç (sud), afin de prévenir toute traversée.
Mardi, ces forces ont eu recours aux gaz lacrymogènes et aux canons à eau pour repousser des groupes de personnes qui s'approchaient de la frontière. Deux jours après la fin des combats dans Kobané, des opposants syriens et des émissaires du président Bachar al-Assad se sont, par ailleurs, retrouvés mercredi à Moscou pour tenter de renouer le dialogue, rompu depuis l'échec des discussions dites de Genève II en février 2014.
Les ambitions de ces discussions restent très modestes compte tenu de l'absence de la Coalition nationale de l'opposition syrienne, considérée par la communauté internationale comme la principale force d'opposition au régime de Damas.
La Coalition a exclu toute participation, estimant que les discussions devraient avoir lieu sous l'égide de l'ONU en pays «neutre», et non en Russie, soutien indéfectible de Damas.
«Personne n'a l'illusion que quelques jours de discussion vont résoudre tous les problèmes, mais il faut lancer les choses rapidement», a lui-même concédé l'hôte de la réunion, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, évoquant des «concessions inévitables dans la recherche d'un compromis». Ces pourparlers, dans une résidence de la diplomatie russe, impliquent 32 membres de différents groupes de l'opposition tolérée par Damas et six membres d'une délégation officielle menée par l'ambassadeur de Syrie à l'ONU, Bachar Jaafari.
A Amman, le gouvernement jordanien a affirmé mercredi qu'il était prêt à libérer une jihadiste irakienne emprisonnée dans le royaume en échange de la libération de son pilote retenu en otage par le groupe Etat islamique (EI), selon la télévision d'Etat.
Dans une vidéo diffusée mardi, le groupe jihadiste EI a réclamé la libération sous 24 heures d'une jihadiste irakienne, Sajida al-Rishawi, emprisonnée en Jordanie, à défaut de quoi, il menace d'exécuter le pilote jordanien Maaz al-Kassasbeh et l'otage Japonais Kenji Goto. Cet ultimatum expirerait à 14h00 GMT selon Tokyo.
«La Jordanie est tout à fait prête à libérer la prisonnière Sajida Al-Rishawi à condition que le pilote jordanien soit libéré sain et sauf», a déclaré le porte-parole du gouvernement Mohammad Al-Momeni, cité par la télévision.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site