Lundi 2 février 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Monde
Kiosque arabe  
Digoutage
Entretien
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


Actualités : Haddad répond à Hanoune sans la nommer :
«Basta !»


A la secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune, qui exprime son hostilité à l’ouverture du ciel au privé, le président du Forum des chefs d’entreprises (FCE) a répondu hier assez fermement. Ali Haddad, que le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdesselam Bouchouareb, venait de recevoir, dira «basta» à Louisa Hanoune, sans toutefois la nommer.
«Basta à ces gens qui passent leur temps à râler, à critiquer et qui bénéficient de privilèges» notamment lors de l’embarquement tandis que les citoyens lambda «attendent quatre à cinq heures», assènera le président du FCE, dans une allusion à la secrétaire générale du PT.
Ainsi, l’ouverture du ciel au privé, que la dirigeante du PT considère comme «une bombe», est plutôt dans «l’intérêt national», considérera Ali Haddad, affirmant de surcroît qu’«hormis la Défense nationale, aucun secteur ne doit être fermé, tous les secteurs doivent être ouverts» à la participation privée.
Une question abordée «sans tabou», assure Ali Haddad lors de la rencontre tenue avec Abdesselam Bouchouareb, un ministre «actif» dont il relèvera l’«écoute», «la franchise, l’engagement et la détermination à repositionner l’entreprise». Assez explicite, le président du FCE indique que la rencontre a porté sur de nombreuses problématiques liées à l’entrepreneuriat.
Il s’agit notablement de la dépénalisation, du foncier et de l’adhésion à l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Mais aussi de la règle 51/49 dont Ali Haddad se présentera «un fervent défenseur» et que le ministre de l’Industrie assurera «définitivement irréversible», de l’assainissement fiscal, du label produit national, de la croissance économique escomptée «à 8%, voire 10%», des emplois durables, de la réindustrialisation et du consommer-national.
Comme les deux parties ont convenu de la mise en place d’une commission mixte, à l’instar de ce qui a été décidé lors des rencontres que le FCE a eues avec d’autres membres de l’exécutif.
Cela même si Abdesselam Bouchouareb n’a pas manqué de préciser que le FCE fait déjà partie de deux groupes de travail, présidés par le ministère de l’Industrie et portant, l’un sur la mise en œuvre du Pacte économique et social de croissance et le second sur le rapport Doing Business.
Convergence de vues entre le FCE et l’industrie

Ce faisant, la rencontre que le ministre de l’Industrie a qualifiée d’«importante, riche» et qui a permis d’«informer» le FCE, «une organisation patronale en plein essor», a été marquée par une certaine convergence quant à la nécessité de booster l’entreprise algérienne.
Mais aussi de régler les problèmes que cette entreprise subit, et d’autant que «la contrainte de la conjoncture (l’) impose», considérait auparavant Abdesselam Bouchouareb concernant la mobilisation de «trouver» d’autres ressources.
Persuadé de la vocation du ministère de l’Industrie et des Mines en tant que «maison de l’entreprise algérienne», le ministre de tutelle prônera en ce sens l’opportunité de «lancer effectivement le partenariat public-privé».
De même que le ministre de l’Industrie observe que certaines mesures sont «déjà prises en charge» et que son département œuvre à en finaliser d’autres. Evoquant la promotion de la production nationale, Abdesselam Bouchouareb indique qu’un arrêté ministériel est en voie d’élaboration pour obliger les ordonnateurs et maîtres d’œuvres et autres organismes notamment publics à acheter et consommer la production nationale, sur la base d’une «veille permanente» quant à cette production.
À des nuances…
Toutefois, quelques divergences, essentiellement de forme, des nuances sont à relever. A Ali Haddad qui évoque «la possibilité» de céder quatre zones industrielles (l’une au nord, la seconde au sud et les deux autres à l’est et à l’ouest du pays) au FCE afin qu’il les aménage et les distribue aux investisseurs, Abdesselam Bouchouareb exprimera certes l’ «accord» de son département, l’élaboration de textes relatifs étant en cours à ce sujet.
Toutefois, le ministre de l’Industrie estime qu’il reviendra plutôt aux Chambres de commerce et d’industrie (CCI) d’assurer la gestion de ces zones identifiées.
A charge cependant pour les entreprises du FCE de contracter des accords de partenariat avec les CCI dont elles sont membres, suggérera Abdesselam Bouchouareb.
D’autre part, le ministre de l’Industrie spécifiera que certaines dispositions fiscales contenues dans la loi de finances 2015, dont l’unification du taux de l’Impôt sur le bénéfice des sociétés (IBS) pour les importateurs et producteurs (à 23%), pourraient être revues dans le cadre d’une éventuelle loi de finances complémentaire.
En ce sens, il assurera de la disponibilité de son département à se «battre» pour régler la question de l’IBS, dans le cas échéant d’une LFC, et dans la mesure où «l’effet rétractif» de cette disposition fiscale pose problème, argue Bouchouareb.
Ce dernier indiquera, ce faisant, que les groupes industriels, prévus par le projet de réorganisation et reconfiguration du secteur public marchand, seront mis en place dans «une dizaine de jours».
C. B.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site