Mercredi 11 février 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Auto
Culture
Tendances  
Digoutage
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


HSBC, les 440 voleurs algériens
et le foutage de gueule !

Par Hakim Laâlam  
Email : hlaalam@gmail.com
Pourquoi Mohammed VI, roi du Maroc, a-t-il choisi la
banque suisse HSBC ? Parce qu’il avait un petit faible
pour le…

… H !

Demain, nous apprendrions par hasard, par le fait de journalistes… étrangers, à travers des actions engagées par la justice… étrangère ou au détour d’audiences de cours… étrangères les noms, prénoms et pedigrees complets des 440 Algériens ayant planqué du fric chez HSBC, ça nous avancerait à quoi, ici, en Algérie ? A rien, je puis vous l’assurer. Pourquoi attendre comme le scoop du siècle cette liste nominative de nos fortunés domiciliés au black chez HSBC, lorsqu’ici, maintenant, de manière précise et documentée, nous savons tous que des grosses «poêles» du régime, des dirigeants de premier plan disposent de biens immobiliers faramineux en France, pour ne citer que ce pays à l’immobilier prestigieux, des biens mathématiquement impossibles à acquérir avec leur salaire de commis de l’Etat ou de dirigeants de partis politiques, sans que ces informations ne donnent suite à une saisine judiciaire, à des enquêtes ? Pourquoi devrais-je me créer un suspense autour des clients algériens de HSBC lorsqu’ici, il y a quelques semestres à peine de cela, un ancien ministre d’un département hautement sensible, stratégique au diable, a été littéralement exfiltré du pays pour échapper aux enquêteurs ? Cette liste des 440, c’est du pipeau ! Lorsque le régime a besoin de se délester d’un de ses poids devenu trop lourd, il actionne ses organes de délestage. Il l’a fait avec Moumène Khalifa. Hier, grand bienfaiteur de la République, généreux en dons de station de traitement de l’eau, en épongeage des notes des stars et comédiens internationaux invités par le ministère de la Culture, ou encore dans le rôle du plus grand pourvoyeur d’emplois pour les enfants de la haute, dans sa compagnie aérienne et sa banque, il est ensuite devenu l’ennemi public numéro un à abattre, celui par qui tous les maux de l’Algérie sont arrivés. Alors, et seulement alors, lorsque le feu vert a été donné, il a été abattu comme dangereux prédateur. Jamais avant. Même chose pour les Algériens d’ici, et de maintenant. Chacun connaît dans le détail les demeures cossues de Neuilly. Qui les possédait. Qui les a vendues à qui en seconde main. Mais l’heure n’est pas venue. Donc, justice pas bouger. Demain, peut-être elle bouger. Au signal. Donc, moi aussi, pas bouger pour ce menu fretin de la bande des 440 ! Moi, juste fumer du thé pour rester éveillé à ce cauchemar qui continue.
H. L.

Nombre de lecture : 4080

Dernier sondage 
La grève des enseignants vous semble-t-elle légitime ?
Oui : 28,58%
Non : 67,17%
Sans opinion : 4,27%


Suivez-nous sur :

Facebook Twitter Google

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site