Mardi 17 février 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Retraite
Culture
Monde
Contribution
A fonds perdus  
Digoutage
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : La directrice du raffinage à Sonatrach rassure
Les carburants sont «disponibles»


Les carburants sont disponibles, assure-t-on à Sonatrach, même si leur distribution a pâti des conditions hivernales. Dès 2018, l’Algérie ne devra plus importer de carburants mais relancera l’exportation de produits raffinés.
Cherif Bennaceur - Alger (Le Soir)
«Les produits sont disponibles», assurait hier sur les ondes de la Chaîne III de la radio nationale, la directrice de la division raffinage à Sonatrach,
Mme Zoubida Benmouffouk. Interrogée sur la tension autour du carburant qui sévit depuis des semaines dans plusieurs endroits du pays et même à Alger, Mme Benmouffouk évoquera certes l’impact des conditions hivernales actuelles. Soit des routes coupées et des ports bloqués, des «effets du mauvais temps qui ont effectivement généré des perturbations» dans la distribution du carburant dans les stations. Et cela, même si les entreprises chargées de la distribution fournissent, selon elle, des efforts pour «éviter» la réédition d’une telle situation.
Toutefois, Zoubida Benmouffouk récuse tout problème d’offre, dans la mesure où la production de carburants à partir des raffineries existantes (celles déjà rénovées d’Arzew et de Skikda et celle quasi rénovée d’Alger) ne pose pas problème. Ainsi, la production actuelle avoisine les 9 millions de tonnes de gasoil et près de 4 millions de tonnes d’essences, indique l’invitée de la radio qui observe que les capacités de la raffinerie de Skikda ont été augmentées jusqu’à produire déjà 16,5 millions de tonnes. Voire, le programme de rénovation (réhabilitation, fiabilisation sur le long terme, sécurisation, protection de l’environnement et valorisation des produits) des raffineries pour lequel Sonatrach a engagé 4,5 milliards de dollars, a contribué à bien réduire la facture d’importation. Imposée par la forte demande en produits raffinés, l’accroissement «effréné» de la consommation et la nécessité de combler le déficit généré par l’arrêt des raffineries, l’importation de carburants, même si elle est compensée par l’exportation de brut, devrait toutefois diminuer.
Selon la directrice du raffinage qui indique que 64% du parc automobile carbure à l’essence, le programme de rénovation permet déjà de réduire de 40% la facture d’importation de gasoil et de 50% la facture d’essence. Estimée à plus de 2 milliards de dollars et quantifiée à 2,8 millions de tonnes en 2013, l’importation de gasoil a été réduite à 1 million de tonnes en 2014, note la représentante de Sonatrach.
Voire, l’Algérie aura d’ici la fin mars 2016 une production «excédentaire» en essence et atteindra «un léger» /vente de gasoil, note Mme Benmouffouk, qui considère que l’objectif prévisionnel de 25 millions de tonnes est déjà «une réalité». Dans cet ordre d’idées, la représentante de Sonatrach réfute toute assertion selon laquelle l’Algérie est devenue un grand importateur de produits raffinés et que l’activité raffinage est en perte de vitesse.
Outre le parc «conséquent» dont elle dispose et qui a fait l’objet d’un programme de rénovation abouti, l’activité raffinage sera consolidée par la mise en service, à l’horizon 2018, de trois nouvelles raffineries (à Biskra, Tiaret et Hassi Messaoud), avance la représentante de Sonatrach.
Ainsi, Sonatrach consacrera globalement près de 10 milliards de dollars pour la réalisation de ces raffineries, soit 3,2 milliards de dollars pour la raffinerie de Tiaret, idem pour celle de Hassi Messaoud et un peu plus de 3,2 milliards de dollars pour celle de Biskra. Ces installations, dont les études de maturation sont «déjà mises en œuvre», dira-t-elle, permettront la production de quelque 9 millions de tonnes supplémentaires de gasoil et de 4 millions de tonnes supplémentaires d’essence ainsi que des lubrifiants, à l’horizon 2018 selon l’échéancier arrêté.
En outre, un projet de craquage du fioul permettra la valorisation du produit et la mise sur le marché de 2 millions de tonnes de gasoil, indique Zoubida Benmouffouk. D’où l’opportunité pour l’Algérie de ne plus recourir à l’importation mais de pouvoir exporter, considère la directrice de Sonatrach.
Voire de relancer cette activité d’exportation qui constituait une niche de revenus importants pour la compagnie, voila quelques décades.
C. B.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site