Jeudi 19 février 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Monde
Contribution
Les choses de la vie  
Ce monde qui bouge  
Digoutage
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Chronique du jour : Ce monde qui bouge
Libye, Danemark, le mal est profond


Par Hassane Zerrouky
Encore une fois, les voix de nos religieux se sont faites plutôt discrètes. Pourtant, ce qui s’est passé en Libye, cette décapitation collective de travailleurs égyptiens par la branche libyenne de l’Etat islamique (EI), des Egyptiens de condition très modeste, pour ne pas dire pauvre, de confession copte, venus en Libye pour travailler et faire vivre leurs familles en Egypte, est ignoble.
A faire vomir. Et plus que tout, ces décapitations font plus de tort à l’Islam que les caricatures vilipendées par nos religieux. Autre image, l’attaque terroriste de Copenhague perpétrée par un jeune Danois d’origine palestinienne, attaque que Benyamin Netanyahu a tenté d’instrumentaliser en appelant les Juifs danois à émigrer vers Israël. Et qu’ont répondu les Juifs danois au Premier ministre israélien ? Que le Danemark est leur pays et qu’ils s’y sentent bien et en sécurité. Belle leçon à méditer.
Mais des faits cités ci-dessus, que retirent les non-musulmans quand ils voient de telles images passant en boucle sur les chaînes télé, accompagnées de commentaires plus ou moins tendancieux, quand ils ne sont pas stigmatisants à l’endroit des gens de culture et de confession musulmanes, sinon la vision d’une religion prônant la violence ? Allez, après une telle médiatisation relayée et amplifiée de surcroît jusqu’à l’absurde par les réseaux, expliquer aux non-musulmans que l’Islam n’a rien à voir avec ces crimes ou, comme le font certains, renvoyer tout le monde dos à dos. Ce discours-là est dépassé. Personne n’y croit. Car il faut aller plus loin.
Loin de partager les vues de Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah libanais, on ne peut honnêtement que lui donner raison quand il déclarait en janvier dernier – et il a été l’un des rares religieux à le faire – à propos des crimes commis et mis en scène par l’EI : «A travers leurs actes immondes, violents et inhumains, ces groupes ont porté atteinte au Prophète et aux musulmans plus que ne l'ont fait leurs ennemis.» J’aurais aimé que ces paroles soient prononcées par un religieux sunnite. Ce ne fut pas le cas, et c’est bien dommage !
En Algérie, par exemple, on n’a pas tiré les leçons de la décennie noire. Au nom de la réconciliation nationale, le pouvoir politique n’a cessé de faire oublier les crimes commis par les islamistes, aidés par ailleurs par ceux qui n’ont cessé de distiller le doute sur les auteurs des massacres de civils et sur l’idéologie les légitimant.
Quand des attaques étaient perpétrées, comme les attentats-suicides de 2007 contre le Palais du gouvernement et le siège de l’ONU mais aussi contre le siège de la Cour suprême, on les attribuait à des «égarés», voire à la «main de l’étranger».
C’est quoi un «égaré» ? C’est quoi «la main de l’étranger» ? Tout à sa politique de réconciliation, le discours officiel était allé jusqu’à ignorer que les auteurs de ces attaques revendiquaient leurs actes au nom d’une organisation et de leur vision de l’Islam. Le résultat d’une telle politique est là.
Quinze ans après la fin des massacres de civils, mais pas du terrorisme, les nouvelles générations ne croient pas que les repentis vivant parmi eux aient été les auteurs ou complices de ces crimes innommables. Tout se passe comme si les compteurs avaient été mis à zéro. Qui plus est, sur fond de vide socio-politique, de chômage et de précarité, le discours religieux extrémiste s’est propagé au point où l’on assiste à une sorte d’engouement chez les jeunes envers les djihadistes de l’EI.
Aussi, s’il faut saluer la création prochaine d’un observatoire national de lutte contre l’extrémisme religieux en Algérie, annoncé par le ministre des Wafks, Mohamed Aïssa, il n’en reste pas moins qu’elle est symptomatique de la dangerosité de la situation. Car le mal est plus profond qu’on ne le croit.
H. Z.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site