Samedi 21 février 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le soir numérique
Culture
Digoutage
Soirmagazine
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Culture : Noces de sang de Ziani Cherif Ayad présentée au TNA
Grandiloquence et littérature figée


Adaptée de la pièce éponyme de Federico Garcia Lorca, Noces de sang signe le retour de Ziani Cherif Ayad sur les planches. Le théâtre national algérien a accueilli la Générale de cette œuvre qui peine à convaincre.
Le propre d’une adaptation réussie est une totale réappropriation de l’univers de l’auteur original, une vision globale qui transforme, quitte à les distordre, les codes de l’œuvre empruntée et, enfin, un juste équilibre entre cette réécriture contrôlée et la loyauté indispensable au texte de départ.
Produite par le Théâtre régional Azzedine-Medjoubi de Annaba, Noces de sang revisite ce drame andalou à la construction typique qui raconte une histoire d’amour impossible, un mariage arrangé, une fugue des deux amoureux le soir des noces et un dénouement évidemment tragique... Sur scène, on découvre d’abord la Madre avec son jeune fils (le Novio) cernés par les deux photos du père et du frère assassinés, il y a longtemps, par une famille ennemie. Le Novio se mariera bientôt, ce qui est loin de réjouir sa mère promise à une fin de vie solitaire.
Les dialogues entre ces deux personnages annoncent la couleur : entre le littéraire et le vernaculaire, l’écriture très fournie de la pièce reproduira tous les travers de ce qu’on appelle «la troisième langue» dont l’alibi poétique ne parviendra pas à en masquer l’aspect dévitalisé et déclamatoire.
C’est sans doute cette volonté de surligner la tragédie à travers des dialogues grandiloquents et criards qui relègue le spectacle théâtral au second plan. Volubiles et statutaires, les comédiens semblent endosser leurs personnages comme un fardeau tant ils s’engluent dans une interprétation rigide dont la surcharge sémantique empêche toute expression scénique convaincante.
Cette dramaturgie volumineuse et néanmoins disloquée est d’autant plus repoussante que le travail d’adapt/ation se limite à un transfert linguistique signé Ziani Cherif Ayad et le compositeur de musique andalouse Noureddine Saoudi. On retrouve d’ailleurs toute la préciosité de ce répertoire dans les longues tirades des comédiens : une richesse lyrique qui fait certes la beauté d’une chanson mais qui est loin de servir le langage théâtral.
L’adaptation ne s’étendra cependant pas à la sociologie de la pièce puisqu’on gardera tels quels lieux et prénoms de l’œuvre originale ; un choix qui, à défaut d’être atypique, sera un énième poids pour la narration et la synergie entre les comédiens et leurs rôles.
On peut donc aisément comprendre qu’une telle profusion de fioritures littéraires et d’écueils narratifs freine l’élaboration d’une mise en scène éloquente malgré la densité de la scénographie, parfois même superflue, signée par l’artiste plasticien Arezki Larbi. Noces de sang est une pièce où les tableaux se succèdent sous une lumière statique sans qu’aucun ne parvienne à créer une esthétique visuelle digne de l’art de scène qu’est le théâtre. L’importance exagérée conférée au texte grignote ainsi tous les espaces censés revenir en priorité au langage corporel, au relief psychologique et à l’émotion… Pis encore, on ne peut pas même arguer que la pièce s’appuie essentiellement sur sa beauté littéraire (laquelle aurait pu compenser le manque de propositions formelles) car le texte de Ayad et de Saoudi est construit sur une certaine idée de la langue populaire qui, dans son attachement quasi-réactionnaire à la pureté linguistique, finit par perdre tout son intérêt poétique et devenir tout simplement lassante…
Sarah Haidar

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site