Lundi 23 février 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Corruptions
Culture
Monde
Contribution
Kiosque arabe  
Digoutage
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Régions : Le Soir de l’Est
Sétif
Inauguration d’un institut international


Fruit d’un partenariat conclu entre l’Istec de Paris (Institut supérieur des sciences, techniques et économie commerciales) et le cabinet Strofima de Sétif (un cabinet de conseil, d’accompagnement des entreprises et de formation), un institut de management, l’Institut international de commerce et de gestion (INCG Sétif Business school), vient d’être inauguré à Sétif.
Cette école a pour objectif de dispenser des formations de haut niveau dans le domaine du management, la finance, l’audit et le marketing.
L’institut entend, également, former des top-managers destinés à prendre les commandes d’entreprises et à renforcer les staffs managériaux des plus importantes d’entre elles. Aussi, cette école accorde une place particulière, tant au niveau de la pédagogie qu’au niveau des travaux de recherche de ses enseignants, à la détection et à la mise en œuvre d’opportunités pour développer le business.
L’école forme des business developers aptes à anticiper l’évolution des marchés et à trouver de nouveaux relais de croissance pour l’entreprise, qu’ils soient internes (structure capitalistique, culture d’entreprise, organisation, management...) ou externes (évolution de l’offre, service clients, internationalisation, partenariats, marketing …).
Les enseignements dans les cursus de Master Business Administration (MBA) seront dispensés par des professeurs émérites algériens, canadiens et français.
«L’objectif étant d’offrir aux entreprises de la région sétifienne, et plus largement à celles de l’ensemble de l’Est algérien, les services d’une business school de référence, capable de les accompagner dans l’élévation de leur compétitivité.
L’INCG sera un espace pédagogique qui a pour mission d’assurer l’insertion et l’accompagnement des diplômés qui auront la responsabilité d’innover, de prévoir et d’être compétents et compétitifs», a affirmé M. Ali Mansouri, le directeur général de l’INCG de Sétif.
Pour sa part, le Pr Alain Fronteau, directeur de développement de l’Istec Business school de Paris et membre du conseil scientifique de l’INCG, a expliqué le rôle assigné à l’Istec.
«L’Istec est une école française de renommée internationale qui dispense des formations pour des cadres de haut niveau dans les domaines de la finance, le marketing commercial et le management des entreprises entre autres. La mission de l’Istec est double, celle de former les décideurs de demain, et de participer activement à la production de nouveaux savoirs en management.
L’école a pour vocation de former des talents à fort potentiel, capables d’appréhender dans un environnement multiculturel les grands enjeux sociaux, politiques et économiques de demain.
L’Istec intervient au titre de la conception des programmes pédagogiques, de la formation de formateurs, de la dispense d’enseignements pointus ainsi que la délivrance proprement dite des diplômes», a-t-il conclu.
Imed Sellami

OUM-EL-BOUAGHI
Un ressortissant camerounais sauvé d'une mort certaine par la Protection civile à Aïn M’lila

Selon la cellule de communication de la Protection civile de la wilaya d'Oum-El-Bouaghi, les éléments de l'unité secondaire de la Protection civile de Aïn M’lila sont intervenus, avant-hier vers 16 heures 30, pour secourir et sauver un jeune ressortissant de nationalité camerounaise, répondant aux initiales de E. E., âgé de 25 ans, qui venait d'être victime d'un accident de la route au niveau de la zone industrielle.
L'intervention des éléments de la Protection civile, assistés par les services de la police, durant 20 minutes, s'est soldée par le transfert de la victime, qui présente de graves blessures au niveau des jambes, vers l'EPH Amirat de Aïn M’lila. Dans la même journée, les éléments de l'unité principale de la Protection civile d'Oum-El-Bouaghi ont intervenu vers 13h pour secourir quatre personnes victimes d'un accident de la circulation. C'est suite à une communication sur le n° vert de la Gendarmerie nationale faisant état d'une collision entre deux véhicules au niveau de la RN 32, reliant la commune d'Oum-El-Bouaghi et celle de Aïn Zitoun, que toute une armada composée de pas moins de 20 agents de la Protection civile, un médecin et des éléments de la gendarmerie se sont déplacés sur les lieux.
Une forte collision frontale a eu lieu entre deux véhicules touristiques, cet accident s'est soldé malheureusement par le décès d'une dame K. A., sexagénaire, C. K., 34 ans s'en est sorti avec des blessures au front, C. F., âgée de 24 ans, a subi des fractures aux jambes, Z. M. 30 ans, plusieurs fractures et des œdèmes dans les différentes parties du corps, et
B. D., âgé de 42 ans, qui s'en est sorti avec de légères blessures. Après les opérations de secours qui ont duré plus de trois heures, les victimes ont été transférées vers l'EPH Mohamed-Boudiaf d'Oum-El-Bouaghi.
Moussa C.

Skikda
Deux femmes de ménage volent l’argent d’un Sud-Coréen

Le procureur de la République a placé sous mandat de dépôt deux femmes de ménage qui ont subtilisé 83 000 dinars et 4 500 dollars appartenant à un Sud-Coréen, résidant à la cité Béni-Malek, sur les hauteurs de la ville de Skikda.
C’est suite au dépôt de plainte de la victime que la police judiciaire, relevant de la Sûreté de wilaya, a entamé les investigations.
 La première voleuse a été appréhendée le jour même, en possession de 1 500 dollars enfouis dans ses sous-vêtements, et 7 000 dinars dans son sac à main.
L’enquête a permis également de découvrir l’existence d’une complice.
Les deux voleuses prenaient par «facilité» l’argent que le Sud-Coréen mettait sereinement dans un tiroir, dans sa chambre, et laissant souvent la porte de celle-ci ouverte pour que les deux femmes, recrutées il y a seulement une quinzaine de jours, fassent leur travail.
Le jour où la victime se réveillera de sa torpeur, c’est tout son argent qui s’est volatilisé. Pour la conversion en dinars, les femmes de ménage se sont appuyées sur l’apport d’un cambiste, une de leurs connaissances.
La somme volée a été consacrée en partie à l’achat d’effets vestimentaires de luxe, de bijoux, de téléphones mobiles, alors qu’une autre partie était destinée aux loisirs dans des hôtels de la wilaya de Skikda.
La police judiciaire a pu récupérer de l’argent et de la joaillerie.
Zaïd Zoheir

Guelma
9 blessés dans trois accidents de la route en une journée

9 blessés plus ou moins graves : tel est le bilan de trois accidents de la route qui se sont produits ce week-end sur les axes routiers de la wilaya de Guelma.
A hauteur du chef-lieu de la commune de Belkheir à quelques encablures de Guelma, un poids lourd et une voiture se sont percutés près de la station de contrôle technique des véhicules.
La collision a fait six blessés plus ou moins graves. Les victimes, qui sont âgées de 5 à 65 ans, ont été prises en charge sur le lieu de l'accident par les secouristes de la Protection civile, avant d'être évacuées vers le service des urgences de l'hôpital Okbi de Guelma.
Sur la RN 16 reliant les wilayas de Guelma et Souk-Ahras, à hauteur de la localité de Boudraoua dans la commune de Oued Fragha (daïra de Bouchegouf), un véhicule léger a heurté une moto roulant en sens inverse. L'accident a fait deux blessés, âgés de 15 et 19 ans, qui ont été conduits à l'hôpital de Guelma. Le même jour, les éléments de la Protection civile de l'unité principale étaient intervenus sur la RN 80 reliant Guelma et Skikda, dans la commune de Bouati-Mahmoud pour un accident impliquant un camion et deux remorques. Là encore, selon la cellule de communication de la Protection civile, un homme, âgé de 32 ans, a été blessé et transporté à l'hôpital Okbi de Guelma.
Noureddine Guergour

Khenchela
Une cérémonie en l'honneur du fils de Mouloud Feraoun

Les festivités de la célébration de la Journée du chahid ont renoué cette année avec les gloires de l'Algérie pour faire de ces occasions un moment et un carrefour entre les jeunes générations et les héros de la guerre de Libération qui ont fait de ce pays une terre libre et indépendante.
Cette fois-ci, un invité de marque, un symbole de fierté, a été l'hôte de la ville de Macula qui a ouvert ses bras au fils de l'un des héros de l'Algérie, il s'agit du fils de Mouloud Feraoun, invité des responsables de la maison de la culture Ali-Souaïhi. A cette occasion, un programme riche et varié a été concocté pour faire de ce jour un événement gravé dans la mémoire des fans de ce grand écrivain et nationaliste algérien. En effet, une exposition des chefs-d'œuvre de l'artiste M. Feraoun et un film documentaire ont fait la Une de ces activités et ont attiré un grand nombre de citoyens et surtout des jeunes étudiants venus savourer et valoriser les travaux de ce grand monsieur.
En outre, un groupe d'enfants, tous des écoliers, ont entouré Ali, fils de Mouloud, et une grande discussion s'est déclenchée pour relater les grands moments de la gloire des martyrs sans oublier les sacrifices des hommes de la plume qui ont voulu faire de cette Algérie un pays d'exploit et de fierté.
De leur côté, les responsables de la maison de la culture Ali-Souaïhi ont organisé une cérémonie en l'honneur de Feraoun Ali et un tableau de sacrifices a été présenté par un groupe de jeunes de la wilaya de Batna.
Benzaïm A.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site