Lundi 2 mars 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Corruptions
Culture
Kiosque arabe  
Digoutage
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : ALORS QUE LA GRÈVE DU CNAPESTE ENTAME SA DEUXIÈME SEMAINE
Benghebrit à la recherche de solutions


Face aux mouvements de grève récurrents dans son secteur, la ministre de l’Education est à la recherche de solutions. Hier, elle rencontrait Sidi Saïd et le ministre du Travail pour, officiellement, «évaluer la situation» dans le secteur. Un peu plus tôt dans la matinée, Benghebrit ouvrait le feu sur les syndicats.

Nawal Imès - Alger (Le Soir)
La rencontre entre les ministres de l’Education et du Travail et le patron de l’UGTA a duré plusieurs heures sans que l’issue en soit connue.
Officiellement, les trois parties devaient discuter de la récurrence des mouvements de grève dans un secteur régulièrement perturbé. Benghebrit est à la recherche d’appuis pour contrer un mouvement qui ne s’essouffle pas.
Avant de rencontrer Sidi Saïd et Mohamed El Ghazi, la ministre de l’Education affirmait que «la méconnaissance des lois régissant l'éducation en Algérie est également à l'origine de ces troubles». Faisait-elle allusion au droit à la grève ? En effet beaucoup de syndicats soupçonnent le ministère de tutelle de vouloir remettre en cause un acquis constitutionnel.
Benghebrit n’a pas épargné dans sa sortie d’hier les syndicats, déplorant «les agissements irresponsables de certains enseignants qui font la grève, d'une part, et assurent des cours en privé, d'autre part», ajoutant que «les évènements qui marquent le secteur dévoilent une volonté de privatiser le secteur en encourageant les élèves à bénéficier de cours particuliers et à s'orienter vers les écoles privées».
Benghebrit a dans la foulée reproché à la presse, une couverture disproportionnée des actions menées par les syndicats. Ces derniers n’en démordent pas.
Alors que le Cnapeste est toujours en grève, la Coordination des syndicats de l’éducation a dénoncé, hier, le recul opéré par le département de Benghebrit. Il était en effet prévu que la commission chargée de réviser le statut particulier soit installée aujourd’hui mais cette installation est reportée pour non-adhésion des syndicats à la démarche de la tutelle. La Coordination des syndicats du secteur de l’éducation estime qu’elle ne pouvait «signer un chèque en blanc» à la ministre de l’Education. Cette dernière avait en effet conditionné la réouverture du dossier du statut particulier par la signature d’un pacte de stabilité.
Un pacte considéré par les syndicats comme une menace pour le droit à la grève.
Les positions semblent à ce stade totalement inconciliables. Résultat : la grève du Cnapeste entame sa troisième semaine alors que la Coordination des syndicats maintient son appel à une grève de trois jours par semaine, automatiquement renouvelable. Toutes les mesures prises par le ministère de l’Education pour faire fléchir les grévistes n’ont pas réussi à mettre fin aux mouvements de grève.
Benghebrit cherche toujours un moyen pour rétablir la sérénité dans un secteur frappé par la malédiction des grèves.
N. I.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site