Lundi 9 mars 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Corruptions
Culture
Monde
Contribution
Kiosque arabe  
Digoutage
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : Code de la famille
Vers la révision des dispositions relatives au divorce


Les articles du code de la famille régissant les procédures de divorce feront l’objet d’une prochaine révision. Le président de la République a instruit le gouvernement afin qu’un comité ad hoc prenne en charge cette révision. En ligne de mire, les articles dédiés notamment au Khol.

Nawal Imès - Alger (Le Soir)
Absent de la traditionnelle cérémonie du 8 Mars, comme c’est le cas depuis quelques années déjà, le président de la République a néanmoins envoyé une missive. Dans cette dernière, le chef de l’Etat fait part de sa décision d’amender le code de la famille.
Bouteflika motive sa démarche par les lacunes dont n’est pas «exempt» le texte en question et estime que «le divorce, dans toutes ses formes et notamment le Khol , constitue aujourd’hui un phénomène qui ne cesse de prendre de l’ampleur dans notre société».
Le gouvernement est donc instruit afin que les articles du code de la famille soient réaménagés, notamment ceux «qui prêtent à interprétation». Il est attendu de la commission ad hoc de clarifier ces ambiguïtés, d’apporter des «clarifications» et de combler les «insuffisances» afin, ajoute Bouteflika, de «préserver la stabilité de la famille algérienne».
Le président de la République estime nécessaire d’«améliorer les lois relatives à la famille en harmonie avec les exigences de notre époque et de la vie moderne, aussi bien pour l’homme que pour la femme en veillant en tout état de cause à assurer une totale conformité ce que décide le législateur avec notre sainte religion».
Évoquant à demi-mot la polémique née de l’adoption des amendements du code pénal relatifs à la violence à l’égard des femmes, Bouteflika explique que ces mesures ont été «dictées par notre vécu». Pour mieux les faire accepter, Bouteflika appelle à la mise en place d’une stratégie de communication sociale plus offensive. Il demande également aux «services concernés» de «mener campagne contre la persistance des us et coutumes liés au conservatisme et à l’obscurantisme qui persistent à violer les droits de la femme». Pour justement permettre à cette dernière de prendre pleinement sa place dans la sphère économique, Boueflika appelle à la levée de toutes les entraves qui empêchent les femmes de s’épanouir dans leur travail en raison de leur statut de mère de famille.
Pour y mettre un terme, le chef de l’Etat instruit les autorités compétentes afin que soient multipliées les structures d’accueil des enfants.
N. I.

Face aux «défis»
Bouteflika en appelle à la «responsabilité» de la classe politique

Considérant que la journée du 8 Mars est pour lui une occasion pour «informer la nation des défis» auxquels fait face le pays, le chef de l’Etat a évoqué les retombées de la conjoncture régionale sur l’Algérie. Il en appelle à la responsabilité de «toutes les forces politiques».
Prenant en exemple les pays du voisinage, Bouteflika dira que «les dynamiques internes de certains pays n’ont eu d’autre résultat que des souffrances douloureuses et ravageuses».
Bouteflika lance un avertissement : le peuple algérien ne se laissera pas entraîner car, dit-il, «il s’est prononcé à maintes reprises en faveur d’une stratégie qui assure la stabilité du pays et de ses institutions».
Une stratégie, dit-il, qui ne peut être menée sans un front interne fort et qui ne peut être du ressort exclusif de l’Etat. Il en appelle d’ailleurs à «la responsabilité de toutes les forces politiques» qu’il appelle à «transcender les divergences» car, dit-il, «la conjoncture exige de placer les intérêts du pays au-dessus de toute autre considération». Le chef de l’Etat met en garde en affirmant que «ni les préoccupations liées aux difficultés du moment à nos frontières, ni l’inclination récurrente à des dérapages malvenus» n’entraveront ses projets, à leur tête les réformes, «toutes les réformes», dit-il.
Bouteflika réitère son engagement à garantir la liberté d’expression pour tous, pour peu qu’elle soit «assumée avec responsabilité».
N. I.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site