Dimanche 15 mars 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Culture
Monde
Contribution
Ici mieux que là-bas
Fait divers
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
 
Nos archives en HTML


Chronique du jour : DIGOUTAGE
Si ce n’est toi, c’est donc ton frère ? 


Par Arris Touffan
«L’Histoire jugera Saïd Bouteflika, conseiller spécial et frère du Président Bouteflika, s’il n’intervient pas pour mettre un terme à cette dérive. Car au vu de sa fonction de conseiller et frère du président de la République, il sait au nom de qui agissent certains…», tempête très certainement à raison Louisa Hanoune. Ce qui est intrigant dans cette affaire, c’est d’interpeller à la fois le conseiller du Président et le frère. Mille fois oui ! Si Saïd Bouteflika est conseiller, alors, oui, il y a une raison objective de l’interpeller sur la conduite des affaires publiques. Mais pourquoi interpeller le frère ? On imaginerait le frère d’Obama interpellé, celui de Poutine ou la nièce d’Angela Merkel pour une situation survenue aux Etats-Unis, en Russie ou en Allemagne ? Même au temps de Fidel, alors que son frère Raoul avait un poste stratégique dans l’appareil d’Etat, chacun des frères était à sa place et personne n’aurait songé à interpeller l’un parce qu’il est le frère de l’autre. En s’adressant au frère aussi, en plus du conseiller, Louisa Hanoune veut certainement mettre le doigt sur la cruelle réalité innomée de l’Algérie.
A. T.
[email protected] 

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site