Mardi 24 mars 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Auto
Culture
Société
A fonds perdus
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 

Le soir videos


Video sur Youtube

Nos archives en HTML


Régions : Bouira
973 projets non lancés et 79 autres à l’arrêt au niveau des communes


Un conseil de wilaya, dédié à la gestion locale dans son volet financement et ses contraintes, a été organisé ce lundi à la salle des délibérations de l’APW de Bouira.
En présence du wali et de l’ensemble des directeurs d’exécutif, des chefs de daïras et des 45 P/APC, un état des lieux exhaustif a été donné par les cadres de la wilaya : inspection, DAL, Drag et DPAT.
Lors de ce conseil dont les communications ont été projetées sur écran géant, le point a été mis sur les projets inscrits et cumulés depuis les années 2000, pour certains d’entre eux.
Ainsi, il ressort que le cumul de projets inscrits au titre de différents programmes de financement soit dans le cadre du plan de développement local (PCD), soit des budget communaux (BC), des budgets de wilaya (BW), du fonds commun des collectivités locales (FCCL) ou du budget de l’Etat (BE), quelque 2 246 projets avaient été inscrits au 31 décembre 2014.
Cependant, ce qui a attiré l’attention des présents est le nombre de projets non encore lancés et qui s’élève à 973, soit un taux de 41, 98% et ceux à l’arrêt qui sont de l’ordre de 79 projets, soit 3,51%. Lors de cette présentation très explicite, on saura que les 10 premières communes qui enregistrent le plus grand nombre de projets non lancés sont Bouira avec 94 projets non lancés, puis Lakhdaria et Kadiria avec 69 projets non lancés chacune ; Aomar, 62 ; M’chédallah, 53 ; Djebbahia et Sour-El-Ghozlane, 45 chacune ; Ahnif, 37 ; Haïzer, 34 et enfin Dirah avec 31 projets non lancés.
Avant les débats, le wali qui a pris la parole a lancé un appel aux P/APC afin de faire plus d’efforts pour le lancement de ces projets en souffrance au lieu de se précipiter dans les inscriptions pour se retrouver ensuite avec, entre les mains des projets jamais lancés. Cela étant, il fera également savoir aux P/APC complaisants que les enveloppes qui leur sont allouées ne seront pas gardées éternellement mais seront, si nécessaire, transférées vers d’autres communes qui auront besoin de cet argent de l’Etat.
Cela étant, ce qui est utile de rappeler également, c’est la recommandation faite par le représentant de la DAL qui fera une communication relative à la situation des finances locales et qui donnera un certain nombre de recommandations pouvant amener les édiles locaux à faire un équilibre entre les dépenses prévisionnelles et les dépenses réelles, ainsi qu’entre les résultats attendus et les résultats obtenus, en préconisant à partir du prochain BS, l’instauration d’un budget programme, une sorte de document explicatif qui sera joint au cahier des observations des budgets dans lequel seront précisés : les objectifs de la commune à travers le programme proposé, les plannings d’exécution et la hiérarchisation des besoins en fonction des priorités.
Lors des débats, plusieurs points ont été abordés par les P/APC mais ceux-ci tournaient presque tous autour de détails sans toucher le fond. Aucun P/APC ne s’est exprimé sur le point relatif au non lancement de projets à leur niveau pour en connaître les raisons exactes, alors que l’opportunité leur a été donnée par le wali en présence de l’ensemble de son exécutif.
Y. Y.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site