Mardi 24 mars 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Auto
Culture
Société
A fonds perdus
Digoutage
Pousse avec eux
Edition du jour
 
 

Le soir videos


Video sur Youtube

Nos archives en HTML


Actualités : Politique économique
L’Anexal plaide pour une nouvelle stratégie d’exportation


Pour le président de l’Anexal, Ali Bey Nasri, l’Algérie manque d’une véritable stratégie d’exportation.
Lors de son passage hier, sur les ondes de la Radio Chaîne III, le président de l'Association nationale des exportateurs algériens a dressé un tableau noir sur la situation économique du pays.
D’emblée, l’invité de la rédaction a tenu à rappeler que c’est pour la première fois depuis 1998 que les réserves de change algériennes connaissent un déficit de six milliards de dollars. Un déficit provoqué, en effet, par la chute brutale des prix du pétrole.
Un constat qui fait dire à Ali Bey Nasri, combien il y a urgence à aller vers la diversification des exportations hors hydrocarbures. Et pour ce faire, il préconise d’abord aux pouvoirs publics de concentrer leurs efforts suivant une logique d’action et non pas de réaction. Une démarche qui ne peut être rendue possible que s’il y a volonté de mettre en place une véritable stratégie d’exportation, explique l’invité de Souhila El Hachemi. Une stratégie qui manque cependant à l’Algérie, regrette-t-il. Pour mettre, toutefois, une stratégie permettant, à l’avenir de diversifier et multiplier les exportations, Ali Bey Nasri considère qu’il faut d’abord procéder à intégrer l’économie algérienne dans une logique mondiale. «Il faut commencer par répertorier et définir quels sont les secteurs sur lesquels nous pouvons nous appuyer et qui sont à mieux de nous faire dégager une compétitivité capable d’export», a-t-il suggéré. Il cite comme exemple le secteur agricole qui, selon lui, dispose de grandes potentialités et qui peut permettre de densifier l’industrie algérienne.
S’agissant des textes de lois et des dispositifs existants dans le cadre de l’encouragement des exportations, le président de l’Anexal ne pense pas qu’il y ait nécessité de les renforcer ou les redéfinir. Il estime carrément qu’il y a urgence de tout refaire à zéro et mettre en place une nouvelle politique des exportations.
Enfin, il est à signaler que l'Association nationale des exportateurs algériens organise les 30 et 31 mars une conférence nationale sur la nécessité d’aller vers une nouvelle stratégie.
M. M.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site