Mercredi 8 avril 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Auto
Culture
Monde
Contribution
Tendances  
Digoutage
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Monde : Les chrétiens d’orient, rite sacrificiel du triomphe du GME
Tuez-les, tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens !


De notre bureau de Bruxelles, Aziouz Mokhtari
Les chrétiens d’Orient vivent une véritable tragédie qui peut se transformer en plusieurs génocides. La feuille de route du terrorisme au Moyen-Orient étant la même — ou presque — que celle tracée par les Etats-Unis et l’OTAN.
Les Eglises non latines de cette région du monde que l’on désigne sous le vocable de «chrétiens d’Orient», sont éligibles à symboliser le rite sacrificiel contemporain à partir duquel la reconfiguration de l’Orient et du Maghreb aura lieu.
C’est une belle opportunité, en effet, que d’intervenir au sol, directement, pour mettre fin aux massacres des chrétiens au nom des droits de l’Homme, de la civilisation, des valeurs universelles et de «l’âme chrétienne» de l’Occident.
Cette affaire mobilisera tout le monde, ici. Les laïcs, les républicains, les royalistes, les ONG, les courants de toutes les obédiences se réclamant de l’héritage de Jésus. Pourtant, au commencement, était l’intervention américaine en Irak, puis les troubles fomentés par la CIA, les néo-conservateurs et l’Alliance atlantique en Syrie. Les Etats irakien de Saddam Hussein et syrien de Bachar Al-Assad, séculiers, certes imparfaits, mais laïques où la religion ne régente pas la vie dans la cité, ont été la cible principale des va-t-en-guerre occidentaux.
Pas la monarchie des Al-Saoud, moyenâgeuse, rétrograde et décadente, ni les autres dynasties aux alentours du même acabit (Qatar, les Emirats...). Les stratèges américains, instruits par la CIA, ont identifié les priorités.
La première étant d’abattre le républicanisme et ne pas permettre l’édification, pas même les premiers fondements, d’Etats nationaux, indépendants souverains qui risquent de ne pas obéir aveuglément comme le font Riyad en Orient et Rabat au Maghreb.
Il n’est pas inintéressant de constater que depuis deux décennies, ce sont l’Égypte, l’Algérie, la Tunisie, l’Irak, la Syrie, aujourd’hui, le Yémen qui ont subi ou qui subissent des troubles importants. 
L’Irak a déjà explosé alors que la Syrie ne tient que grâce à la vigilance de son armée et de populations civiles qui ont compris la nature du complot contre leur Etat. Ce n’est pas par hasard qu’en Syrie, ce sont les communautés chrétiennes qui soutiennent le régime Bachar Al-Assad.  Les malheureux chrétiens de ce pays sachant, parfaitement, que le démantèlement de Assad signifie la fin de leur existence plus que millénaire en cette terre. L’exemple irakien, tout proche, et les malheurs subis par leurs frères en religion les enseignent sur leur sort plus que n’importe quelle analyse experte. L’impérialisme n’est pas, par nature, religieux, il n’hésitera pas à laisser «crever» les chrétiens d’Orient pour mettre en branle son nouveau projet dans cet espace. Le projet existe, il porte le nom de GME, Grand-Moyen-Orient pour les francophones. Initié du temps de Bush-fils, il est pris en charge par l’équipe Obama. La différence entre les deux n’est pas d’ordre doctrinal, mais tactique. Obama privilégie le travail de sape, le boulot du renseignement, l’appui sur des forces locales à l’expédition punitive des bidasses, de l’armée régulière. L’actuel président américain a, en fait, éliminé du GME les scories, les aspects esthétiques défigurants. Le chef de la Maison Blanche veut un remodelage du Moyen-Orient sans les horreurs apparentes que la méthode Bush charriait, un tracé de nouvelles frontières sans Guantanamo. Boulot que réalisent, ces jours-ci, l’Arabie Saoudite et les autres coalisés au Yémen sous prétexte d’endiguer l’influence de l’Iran. Alors que les Houthis sont yéménites depuis la nuit des temps, que leur rite, chiite, certes, est le plus proche du sunnisme, et que Téhéran s’est plutôt montré discret en cette affaire.
Les chrétiens d’Orient ? Et si le plan était de les laisser crever ou partir, Dieu, après tout, reconnaîtra les siens ?
A. M.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site