Samedi 11 avril 2015
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Culture
Lettre de province  
Digoutage
Soirmagazine
Pousse avec eux
     
 

Le soir videos


Video sur Youtube

 
     
Edition du jour
Nos archives en HTML


Actualités : Abdelmalek Sellal scandalisé par le plan de la nouvelle ville de Hassi Messaoud :
«Refaites-moi tout cela ! Nous ne sommes pas à Bab-Ezzouar !»


De notre envoyé spécial à Ouargla, Kamel Amarni
Abdelmalek Sellal a repris, à partir de la wilaya de Ouargla où il était jeudi dernier, ses visites à l'intérieur du pays, une année après avoir bouclé sa grande tournée qui était, en fait, une précampagne pour le quatrième mandat. Ce «retour» sur le terrain intervient, toutefois, avec de nouvelles donnes majeures : outre le fait qu'aucune échéance électorale ne pointe à l'horizon, la chute des prix des hydrocarbures chamboule les priorités et quelques «traditions» établies.
Pour cette visite en effet, comme pour toutes celles à venir, il n'est plus question de «rencontres avec les représentants de la société civile», des rendez-vous qui ne sont plus nécessaires pour le pouvoir depuis le 17 avril 2014 en plus d’être inutiles dans l’absolu. Désormais, et en raison de la nouvelle conjoncture prévalant sur les marchés pétroliers internationaux, ces visites du Premier ministre privilégieront les volets social et, surtout, économique. C'était en tout cas le cas à Ouargla jeudi dernier où Sellal avait axé l'essentiel de sa tournée, à travers les trois grands pôles urbains de la wilaya, à savoir Touggourt, Hassi Messaoud et le chef-lieu, sur ces préoccupations socio-économiques.
En inspectant le site devant abriter la nouvelle ville de Hassi Messaoud, Sellal donnera instruction ferme, d'emblée : «Il faut ouvrir la nouvelle zone industrielle à l'investissement privé. Il ne faut pas que cela se limite aux seules activités des hydrocarbures. Certes, il faut donner à la Sonatrach ce qu'il y a lieu de donner mais, pour le reste, ouvrez au privé et facilitez-lui la tâche au maximum. Mais que l'on s'entende bien : faites-le en fonction d'un cahier des charges et de la nature des projets».
Ce même type d'instruction sera également donné par le Premier ministre pour encourager l’investissement dans le secteur de l'agriculture. «Il faut aider les jeunes à investir dans l'agriculture et les aider au maximum. Nous vous donnons le feu vert ! Alors, secouez-vous un peu !»
Pour ce secteur, l'Etat a, en effet, prévu, dans la wilaya de Ouargla, un programme incitatif extrêmement «généreux». Ainsi, pour quiconque voulant investir dans l'agriculture, aucun diplôme n'est exigé pour ouvrir droit à se voir attribuer jusqu'à 2 000 hectares à exploiter. C'est, par ailleurs, l'Etat qui prend en charge les travaux nécessaires pour le raccordement de ces exploitations en eau, en gaz et en électricité, en plus de 1 million de dinars qu'il octroie à chaque bénéficiaire.
Sellal, qui insistera auprès des responsables du centre de formation Enafor, spécialisé dans les hydrocarbures, pour privilégier «les jeunes de la wilaya», reviendra sur la question de chômage, à l'origine d'incessantes manifestations à Ouargla, particulièrement. «Le taux de chômage à Ouargla est le plus bas à l'échelle nationale», faisant ainsi allusion à ces mesures ainsi qu'au plan spécial du gouvernement pour l'emploi au profit des wilayas du Grand Sud. Ceci, tandis que «le programme de construction de logements en Algérie équivaut à celui de plusieurs pays réunis», estimera par ailleurs le chef de l'exécutif. Mais tout de même, il ne faut pas construire juste pour construire !
Ainsi, Sellal a-t-il piqué une grosse colère à la vue de la maquette de ce que l'on prévoit comme nouvelle ville de Hassi Messaoud qui aura à abriter 45 000 habitants dès 2018 : «Mais on se croirait à Bab-Ezzouar, là ! C'est quoi ça ? C'est quoi ces bâtiments ? Mais nous sommes en plein Sahara, pardi, pas à Bab-Ezzouar ! Refaites-moi tout cela ! Revoyez-moi tout cela avec des bureaux d'études et faitesnous une belle cité en tenant compte des spécificités architicturales et climatiques de la région». L’éternel problème, en somme...
K. A.

Nombre de lectures : 1

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site